Dossier n°11339 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2008

Fernand Poulet

Année de nomination : 2008
Date de naissance : //
Date de décés : 05/03/2004
Profession : Directeur d’école et sécrétaire de mairie

Marcelle Robineau

Année de nomination : 2008
Date de naissance : 12/08/1903
Date de décés : 05/03/2004
Profession : première d’atelier en haute couture

Localisation Ville : Paris (75019)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

De Marcelle Robineau

ROBINEAU Marcelle
Mr et Mme Jaklimovitch avaient 4 enfants et habitaient à Paris 19ème. Le père était tailleur à domicile. Sarah, une des enfants est décédée en 1942.

Le 8 décembre 1943, la police est venue arrêter la famille. Les deux garçons Jacques et Georges étaient à l’école et leur sœur Ida était au travail dans un atelier de haute couture. Lors de l’arrestation, Mme Jaklimovitch a hurlé par la fenêtre et une voisine est venue alerter le directeur de l’école 26 rue de l’Ourcq qui a fait sortir les deux garçons par une porte de derrière. Ils ont alerté leur sœur puis se sont réfugiés chez une voisine.

Melle Robineau, qui travaillait dans le même atelier qu’Ida, ayant appris ce qui s’était passé, sans réfléchir aux conséquences, a décidé de cacher les trois enfants chez elle pendant deux mois. Par son intermédiaire, le maire du village de Seigneley, Monsieur Poulet, a accepté de prendre Jacques et Ida en charge et de leur faire de faux-papiers. Ils s’appellent désormais Janine et Jean Mesmin nés à Vico en Corse et leurs parents sont morts sous les bombardements. A la demande de Melle Robineau, les ouvrières de l’atelier se cotisaient tous les mois pour aider les gens qui cachaient Jacques et Ida.

Georges Jaklimovitch a été confié à une famille qui l’a ensuite placé à l’OSE à Paris, d’où il a été arrêté le 31 juillet 1944 et déporté à l’âge de 8 ans.

A la Libération, les enfants vont chez deux tantes. Jacques est placé en orphelinat et Ida reste chez une tante.

Le 22 juin 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les nations à Marcelle Robineau.

De Fernand Poulet

Monsieur et Madame Jaklimovitch avaient quatre enfants et habitaient rue Alphonse Karr à Paris dans le 19ème arrondissement. Le père était tailleur à domicile. Sarah, une des enfants, est décédée en 1942.

Le 8 décembre 1943, la police est venue arrêter la famille. Les deux garçons étaient à l’école et leur sœur était au travail dans un atelier de haute couture.

Lors de l’arrestation, Madame Ida Jaklimovitch a hurlé par la fenêtre et une voisine est venue alerter le directeur de l’école située 26 rue de l’Ourcq, qui a fait sortir les deux garçons par une porte de derrière. Ils ont alerté leur sœur puis se sont réfugiés chez une voisine.

Mademoiselle Robineau, première d’atelier où travaille la sœur, ayant appris ce qui s’était passé, a décidé de cacher les trois enfants chez elle pendant deux mois. Par son intermédiaire, le maire du village de Seignelay dans l’Yonne et secrétaire de mairie, Monsieur Poulet, a accepté de prendre en charge les enfants et de leur faire des faux papiers. Ida et Georges s’appelaient désormais Janine et Jean Mesmin nés en Corse et orphelins. Leurs parents avaient péri lors d’un bombardement allié. Monsieur Poulet a lui-même hébergé Ida Jaklimovitch et lui a sauvé la vie.

Jacques Jaklimovitch a été séparé de sa sœur. Georges Jaklimovitch a été confié à une famille qui l’a ensuite placé à l’OSE à Paris, où il a été arrêté et déporté à l’âge de 8 ans.

A la Libération Jacques a été confié à l’orphelinat et sa sœur a habité chez une tante.

Le 22 juin 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Fernand Poulet.

La famille de jacques Yaklimivich

Yaklimivich Jacques et sa soeur Sara

Documents annexes

Invitation cérémonie verso Robineau Invitation cérémonie verso Robineau
4 mars 2014 11:59:59
Invitation cérémonie recto Robineau Invitation cérémonie recto Robineau
4 mars 2014 11:59:19

Articles annexes