Dossier n°11423 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2008

Maria Thomas Holop

Année de nomination : 2008
Date de naissance : 16/01/1921
Date de décés : //
Profession : sans profession

Localisation Ville : Auzat sur Allier (63570)
Département : Puy-de-Dôme
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

L'histoire

Georges TEMPEL, le témoin, est né le 12 juillet 1938 à Paris. Ses parents, Salomon et Catherine, sont tous deux émigrés de Budapest. Ils sont arrivés en France en 1930. Salomon est comptable. Ils habitent dans le 5è arrondissement de Paris.

Lorsque la situation des Juifs s’aggrave à Paris, les TEMPEL partent à Brassac-les-Mines, dans l’Allier. Le père trouve une place de comptable à la mine de charbon. Un certain nombre de Juifs hongrois se trouvent d’ailleurs à Brassac.

Par l’intermédiaire d’une personne, les TEMPEL se lient d’amitié avec Maria HOLOP et sa mère, qui sont également d’origine hongroise.

Le père de Maria est décédé, sa mère est malade, le frère de Maria a pris le maquis et la jeune sœur est au lycée à Clermont Ferrand.

Bientôt le sud de la France est lui aussi occupé par les Allemands. Les TEMPEL, prenant conscience de la précarité de leur situation, demandent à Maria HOLOP et à sa mère, Ethel, de recueillir leur fils Georges. C’est en juillet 43. Georges se retrouve donc caché chez les HOLOP, à Auzat s/ Allier, à 7 km de Brassac.

Salomon TEMPEL doit fuir assez rapidement après avoir été caché 48h par les HOLOP. Il sera malheureusement arrêté à Toulouse en novembre 43 et déporté à Auschwitz le 7 décembre 43. Catherine TEMPEL est arrêtée par la gendarmerie de Brassac le 9 novembre 45, en présence de son fils. Mais, celui-ci, dûment chapitré par sa mère, déclare aux policier qu’il n’est pas son fils. Il va se réfugier chez une voisine qui l’emmènera ensuite chez Maria.

Catherine TEMPEL sera déportée à Auschwitz – par un hasard extraordinaire – par le même convoi que son mari.

le 24 septembre 2008, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Maria Thomas.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes