Dossier n°11525

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2009
Céline Janailhac Cazat
Année de nomination : 2009
Date de naissance : 12/05/1912
Date de décés : 06/11/1994
Profession : Agricultrice

Henri Janailhac
Année de nomination : 2009
Date de naissance : 03/05/1910
Date de décés : 30/04/1994
Profession : Agriculteur

Localisation Ville : Couzeix (87270)
Département : Haute-Vienne
Région : Nouvelle-Aquitaine

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 07 Mars 2010

L'histoire

Henri JANAILHAC en 1939
 

JANAILHAC Céline née CAZAT en 1939
Beer Feldman né en 1886 à Kichinev (Bessarabie) et Feiga lta Premysler née en 1889 à Ladviagine (Russie) fuient les pogroms et arrivent à Paris en 1912 avec leur fils Simon. Ils sont accueillis par Jacob Feldman, le frère de Beer qui vivait à Paris.
Beer travaille comme cloueur en fourrure et exerce différents métiers, tandis que Feiga fait des travaux de couture. Ils habitent dans le 13e arrondissement.
Ils auront sept enfants : Shia dit Simon né en 1911 à Kichinev, Abraham dit Albert, né en 1917, Raymond né en 1920, Jules, né en 1924 (décédé à l’âge de 10 ans), Félix né en 1925, Fernande, née en 1928 (décédée très jeune), Mathilde née 1931.
Beer et Feiga sont naturalisés Français en 1927

Dès les premières mesures anti-juives, les quatre frères décident de passer en zone sud.
En 1940, Albert, 23 ans, prisonnier de guerre, réussit à s’échapper et parviendra à rejoindre Limoges avec l’aide de passeurs. En 1941, Félix qui a 16 ans, est envoyé à Telgruc (Finistère), chez un agriculteur. Il y restera jusqu’en 1945.
Simon et Raymond, quant à eux, rejoignent leur frère Albert à Limoges et les trois frères trouvent un emploi dans un atelier de fourrure.
Le danger grandissant à Paris, Mathilde qui a 10 ans part rejoindre ses frères à Limoges, accompagnée par M. Kououmdjian, un ami d’Albert avec de faux papiers fournis par une ouvrière de l’atelier de fourrure de Limoges.
Beer et Feiga Fedman resteront à Paris et parviennent à se cacher.

Les trois frères, qui sont en situation irrégulière, choisissent de confier Mathilde à une famille d’accueil. Puis à une autre.
En 1943, Simon est arrêté et interné à Bordeaux. Il travaillera pour l’organisation TODT construisant des rampes de sous-marins de poche pour la Kriegsmarine.
Albert et Raymond veulent rejoindre le maquis, mais il faut d’abord trouver un abri sûr pour Mathilde.

La soeur de Mme Janailhac travaille dans le même atelier de fourrure qu’Albert et Raymond. C’est par son intermédiaire que Mathilde est accueillie à la fin de l’année 1943 chez Céline et Henri Janailhac, agriculteurs, et leurs deux enfants, André (6 ans) et Raymond (4 ans). Ils habitent à Couzeix, petite ville située à quelques kilomètres de Limoges.
Mathilde arrive en pleine nuit et est immédiatement adoptée par la famille. Elle est présentée comme une cousine de Paris, mais Henri et Céline prennent soin d’organiser une cache en cas de danger.
Les Janailhac vont la considérer comme leur fille et s’attacher à la petite fille. Comme Mathilde ne peut pas aller à l’école, elle participe aux travaux de la ferme, aide aux champs et conduit les vaches au près.

En septembre 1944, Mathilde, peut rejoindre sa famille. Elle est confiée à une voyageuse et regagne Paris.
La famille Janailhac a beaucoup de peine de la voir partir, mais Mathilde, qui a à présent 13 ans, promet de revenir. Elle y retournera souvent et restera en contact étroit avec Henri et Céline Janailhac et leurs enfants.

Le 20 Janvier 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Henri & Céline Janailhac.

1945, Céline janaiilhac avec ses enfants et Mathilde Kerner

En 1945 Mathilde KERNER avec André et Raymond Janailhac les fils des Justes

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes