Dossier n°11537 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Andrée Gay

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 13/04/1920
Date de décès : //
Profession : étudiante en dentaire

    Localisation Ville : Lyon (69000)
    Département : Rhône
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    Personnes sauvées

    Cérémonies

      Date de Cérémonie de reconnaissance: 24 Janvier 2010

      L'histoire

      Andrée Gay faisait des études de dentiste à la faculté de Lyon. Une de ses camarades et amie était Marie-Anne Spanjaard, une étudiante juive dont les parents s’étaient réfugiés à Lyon après la défaite de la France en juin 1940. Andrée Gay était née à Lect dans le département du Jura dans l’est de la France, n’avait pas de famille à Lyon et était souvent invitée chez les Spanjaard.

      En novembre 1942, les Allemands occupèrent le sud de la France, y compris Lyon, et les persécutions de Juifs augmentèrent quand le fameux Klaus Barbie fut nommé à la tête de la Gestapo. Après l’arrestation de certains amis des Spanjaard en avril 1943, Andrée Gay décida d’aider sa meilleure amie. Avec l’aide d’un membre de la Résistance, elle se procura une vraie carte d’identité à son nom, à laquelle elle ajouta la photo et l’empreinte digitale de Marie-Anne. Au début, Andrée Gay ne réalisa pas combien ceci aurait pu être dangereux pour elles deux de se trouver au même endroit avec les mêmes papiers d’identité. Cependant après avoir mis le directeur de la faculté et sa secrétaire dans la confidence, les deux amies décidèrent de ne pas être vues ensemble en dehors de l’école.

      Sa nouvelle identité permit à Marie-Anne Spanjaard de trouver une cachette pour ses parents ainsi que pour les parents de son fiancé Alain Reinberg, dans une petite ville aux environs de Lyon. Elle continua à utiliser la carte d’identité jusqu’à la Libération début septembre 1944. Les deux jeunes femmes réussirent leurs études et obtinrent leur diplôme de dentiste en 1945. Elles restèrent des amies proches jusqu’au décès de Marie-Anne Reinberg en 2001.

      Le 21 janvier 2009, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Andrée Gay.

      1941-1942 Marie-Anne Spanjaard à gauche et Andrée Gay à droite à l'école dentaire seconde année

      Andrée GAY le 25sept 2010

      en mai 1994 Anne-Marie Reinberg et Andrée Gay

      cartes d'identité de rené & jeanne Spanjaard en 1943 à Lyon

      Documents annexes

      Invitation cérémonieInvitation cérémonie
      27 mai 2015 07:33:40

      Articles annexes

      Aucun autre article