Dossier n°11538 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Jean-Pierre Toquant

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 15/03/1908
Date de décès : 11/05/1998
Profession : Hôtelier

    Localisation Ville : Le Coteau (42120)
    Département : Loire
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Jean Pierre Toquant
    Viviane Lévy est née à Vichy en 1924.
    En 1939, elle y habite avec toute sa famille, rue Couturier.
    Son grand père Paul exploite depuis 1905, avec ses 2 fils Roger et Marcel, un magasin de meubles, Place de la Poste.
    Roger, le père de Viviane, est grand invalide de guerre, décoré de la Croix de Guerre avec Palmes, Chevalier de la Légion d’Honneur ,et son frère Marcel ancien combattant 14-18.

    En 1942, la famille Lévy est sommée de quitter le département de l’Allier dans les 48h en raison de leur qualité de  » juif  » tandis que leur magasin est réquisitionné par la police de Bousquet.

    Les Lévy se rendent alors dans la Loire, au Coteau, petite ville près de Roanne, où ils s’adressent à Jean-PierreToquant, propriétaire de l’Hôtel du Centre.
    En effet, les grands parents Lévy avaient connu les grands parents de Jean-Pierre Toquant, Blaise et Jeanne, pendant la 1ère guerre mondiale.
    Les Lévy sont en possession de faux papiers sous le mon de Lemery, qui leur ont été fourni par leur cousine Liliane Klein avec l’aide d’un réseau de résistance de Grenoble

    Mais les rafles font rage dans la région, et l’hôtel est en partie réquisitionné par les allemands.
    M Toquant juge préférable de ne pas déclarer la famille Lévy et, met à leur disposition un appartement, provisoirement vacant.
    Jean-Pierre Toquant héberge également dans son hôtel des résistants et des officiers venant de Londres.
    Victime d’une dénonciation il est arrêté par la Gestapo mais il a eu la présence d’esprit de passer le relais à une proche, Mme Longère, qui vient chercher au petit matin, les 6 membres de la famille Lévy et les cache dans 2 petites pièces au dessus de son garage où ils resteront jusqu’à la Libération.
    Jean-Pierre Toquant, grâce l’intervention de son ami Albert Burnichon, est rapidement libéré et aussitôt il reprend le ravitaillement quotidien de la famille Lévy.
    Durant ces mois de  » traque  » et de  » cache  » (comme les qualifie Viviane Lévy dans son témoignage) M Paul Lévy. et sa soeur Julie décèdent, et, c’est grâce à l’aide et au courage de M Toquant qu’ils pourront être inhumés au Coteau., avant d’être transférés en 1945 dans le caveau familial à Paris.
    Après la guerre, les Lévy reprendront leurs vies familiale et professionnelle à Vichy.

    Le 11 février 2009, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Jean-Pierre Toquant.

    Documents annexes

    Invitation  cérémonie ToquantInvitation cérémonie Toquant
    4 janvier 2014 10:49:19

    Articles annexes

    Aucun autre article