Dossier n°11555 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Robert Borgeon

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 30/08/1893
Date de décés : 18/01/1955
Profession : ouvrier

Marie Borgeon Victor

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 06/12/1894
Date de décés : 06/04/1976
Profession : blanchisseuse

Localisation Ville : Franconville (95130)
Département : Val-d’Oise
Région : Île-de-France

Personnes sauvées

Cérémonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 25 Février 2010

    L'histoire

    Les parents de Madeleine GOLEBIOWSKI (née en 1935 à Paris) ont quitté Radom en Pologne dans les années 30 pour s’installer à Paris, dans le 13è arrondissement où ils travaillent dans la restauration.

    En raison de leurs horaires de travail, ils placent Madeleine en nourrice chez Robert et Marie BORGEON, à Franconville.

    En juin 42, le père de Madeleine est arrêté, interné à Drancy puis déporté à Auschwitz. La mère de Madeleine se réfugie alors chez les BORGEON. Ils l’ont cachée pendant 10 jours. Elle doit alors les quitter en raison d’un environnement très hostile. Elle se réfugie en zone libre mais laisse les clefs de son appartement aux BORGEON pour qu’ils mettent à l’abri des meubles et des bijoux (qui lui seront restitués après la guerre).

    Marie et Robert BORGEON ont élevé Madeleine comme leur propre enfant et ils la gardèrent jusqu’en 1947, lorsque sa mère fut en mesure de la reprendre.

    Le 15 mars 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Robert BORGEON et son épouse Marie.

    BORGEON Marie et sa protégée Madeleine Golebiowski en 1947

    BORGEON Robert sur les marches de son pavillon à Franconville en 1946

    Madeleine Golebiowski élève à l'école communale de Franconville âgée de 7 et 10 ans

    Documents annexes

    Invitation  cérémonie Borgeon Invitation cérémonie Borgeon
    29 octobre 2013 17:48:28

    Articles annexes