Dossier n°11573 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Marie-Françoise Payre Vigue

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 06/05/1899
Date de décés : 26/01/1978
Profession : Médecin

Antoine Vigue

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 12/09/1901
Date de décés : 23/06/1980
Profession : Professeur

Denise Vigue Fort

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 08/04/1863
Date de décés : 20/06/1945
Profession : sans profession

Localisation Ville : Aix-en-Provence (13090)
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

Denise Vigué en 1940
La famille GLUCK est d’origine autrichienne. Le père Erwin GLUCK a été fourreur et la mère Lily née GREFF travaillait dans un magasin de lingerie. Ils se sont mariés à Vienne en 1928. Ils ont eu un fils Heinz né en 1934 qui deviendra Henri.

En 1937, la famille GLUCK décide de fuir l’Autriche pour les USA en passant par la France. Seul M. GLUCK ira en Amérique.

En 1939 Mme GLUCK et son fils Henry partent pour Nice et y restent jusqu’en août 1942.

Pris dans une rafle, Mme GLUCK sera déportée à Auschwitz d’où elle ne reviendra pas. Quant à Henry ayant moins de 15 ans il sera épargné. Il se réfugie alors chez des amis de sa mère où il fait la connaissance de Norbert Lagstein, ami de Denise VIGUE chez qui il vivait.

Henry GLUCK  passe quelques mois dans un pensionnat et c’est Antoine VIGUE qui vient le chercher pour l’emmener dans sa famille à Aix-en-Provence.

De la fin 42, début 43 jusqu’à 1946, Henry GLUCK fut accueilli par Mme Denise VIGUE et ses deux enfants Marie-Françoise & Antoine.

Il sera traité comme le fils de Marie-Françoise qui lui a donné le nom de son défunt mari : PAYRE.

Sous ce nom, il a fréquenté le lycée et le cours d’instruction religieuse. Henry a passé toute cette période entre Nice et Aix-en-Provence.

En 1945, Denise VIGUE est allée à Nice chez la concierge du dernier domicile occupé par Henry et sa mère pour lui donner son adresse en cas de recherche par M. GLUCK, père.

C’est ainsi que grâce à une organisation juive, ce dernier a pu venir chercher son fils en juillet 1946 pour les ramener à New-York.

Les liens entre la famille VIGUE et Henry sont restés très forts.

De 1957 à 1960, Henry est retourné faire ses études d’ingénieur à Aix-en-Provence chez Marie-Françoise.

Le 27 avril 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Vigué Denise et ses enfants Antoine Vigué et Marie-Françoise Payre.

1936 la famille Vigué

1951 Henri Gluck avec Marie Payre

en 1940 Henri Gluck enfant sauvé

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
16 juillet 2018 12:30:39

Articles annexes