Dossier n°11589 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Charles Vial

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 27/01/1903
Date de décés : 01/09/1988
Profession : Industriel

Localisation Ville : Marseille (13005)
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

Charles Vial

Lucien Vidal-Naquet est avocat. Sa femme Marguerite est née Valabrègue et sa famille est originaire de Carpentras. Le couple a trois enfants, Pierre né en 1930, François né en 1932 et Aline née en 1933.

En 1939, Lucien Vidal-Naquet est mobilisé et la famille part en Bretagne, où un petit garçon né en février 1940 décède malheureusement en juin de la même année.

Juin 1940, c’est l’exode. La famille arrive à Marseille le 1er juillet et s’installe au 2ème étage de la villa de la mère de Marguerite. Le 1er étage et le rez-de-chaussée ont été réquisitionnés par l’organisation Todt et le siège de la milice n’est pas loin. Le 12 mai 1942, Lucien Vidal-Naquet, qui a été exclu du barreau, rejoint sa famille.

Le 14 mai 1944, Charles Vial, un ami de la famille, conseille de fuir à cause des nombreuses dénonciations. Le 15 mai, effectivement, un français et un allemand viennent arrêter Lucien et Marguerite Vidal-Naquet qui sont déportés le 30 mai 1944 par le convoi N° 75 à Auschwitz où ils sont assassinés.

En janvier 1944, Marguerite avait accouché d’un garçon, Claude, qu’elle parvient à confier à des voisins avant de partir. François, étant revenu à la villa alors qu’on arrête ses parents, sa mère lui ordonne de fuir. Pierre, lui, est intercepté par des amis, alors qu’il se dirigeait vers le domicile familial.

Charles Vial, 48 heures après ces faits dramatiques, organise le départ des deux fils aînés dans une ferme du Lubéron, à Cucuron, chez l’ancien chauffeur de leur grand-mère.

L’administration du lycée, alertée par la cuisinière des Vidal-Naquet, retient Aline. Celle-ci passe successivement les nuits chez un professeur puis chez une de ses condisciples.

Le 5 juin 1944, Charles Vial organise le départ de Claude et d’Aline. Il les accompagne en voiture dans leur famille, surmontant tous les obstacles possibles et parvient à les déposer dans leur famille en Ardèche.

Le 19 mai 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Charles Vial.

Cérémonie

Documents annexes

Article de presse Article de presse
17 février 2019 06:33:57
Invitation  cérémonie Vial Invitation cérémonie Vial
2 janvier 2014 10:21:54

Articles annexes