Dossier n°11651 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Camille Wiedrich

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 11/11/1880
Date de décés : 14/03/1973
Profession : Industriel

Anne Wiedrich Ganter

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 15/06/1885
Date de décés : 20/12/1968
Profession : sans profession

Localisation Ville : Arles (13200)
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

WIEDRICH Camille
 

WIEDRICH Noëlle
Jean GORODICHE, descendant d’une famille juive venue de Russie en 1880, était chirurgien-chef de l’hôpital d’Arles (Bouches-du-Rhône). Il est marié à Gabrielle.

Le couple a deux enfants, Nicolas (né en 38) et Norge (née en 40).

Jean est mobilisé en 39 sur le front norvégien, démobilisé en 40 et assigné à résidence en Corse par Vichy, il réussit à quitter la France clandestinement et à rejoindre à Londres les F.F.L. (Ses exploits seront d’ailleurs récompensés après guerre).

Gabrielle et ses deux jeunes enfants sont menacés en tant que Juifs. Ils se réfugient dans un premier temps dans les Hautes Alpes. Au printemps 43, à nouveau menacée de dénonciation et d’arrestation, Gabrielle retourne sur Arles et demande de l’aide à la directrice d’une clinique où son mari exerçait avant sa fuite, Mme MARTIN. Cette dernière, ne pouvant garder les deux enfants dans la clinique, les confie une infirmière, Francia FORETIER, qui les cache quelques jours chez ses parents, des cheminots d’Arles. Puis, elle obtient l’accord d’un ancien patient du Dr. GORODICHE, Camille WIEDRICH, pour prendre en charge les deux enfants.

Camille WIEDRICH est un imprimeur alsacien qui, en 1940, a transféré son imprimerie et ses ouvriers en Arles par « esprit patriotique ».

Le couple, Camille et Noëlle, vit à quelques kilomètres d’Arles et accepte volontiers d’accueillir les deux enfants. Mmes MARTIN et FORETIER organisent le transfert des enfants chez les WIEDRICH. Ceux-ci ont l’âge d’être leurs grands-parents. Ils considèrent donc les deux enfants comme leurs véritables petits-enfants.

Les deux familles garderont des relations très amicales jusqu’au décès de M. & Mme WIEDRICH.

Le 16 août 2009, L’institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Wiedrich Camille et son épouse Anne.

 

La ferme lieu du sauvetage

Nicolas et Norge GORODICHE (enfants) avec Noëlle, Mme DEVINAT et Camille WIEDRICH

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes