Dossier n°11711

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2009
Alphonse Lacoudre
Année de nomination : 2009
Date de naissance : 24/07/1884
Date de décés : 13/10/1947
Profession : Négociant en bois

Gabrielle Lacoudre Totin
Année de nomination : 2009
Date de naissance : 16/03/1898
Date de décés : 05/04/1977
Profession : sans profession

Localisation Ville : Paris (75017)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

M. Lacoudre
 


Monsieur et Madame Bich ont fui la Russie en 1917 et après un long périple de 3 ans dans diverses capitales, ils arrivent en France en 1920 et s’établissent à Soissons dans l’Aisne. Le père dirige une entreprise de transport.

Entre 1920 et 1942, les parents Bich sont devenus des amis très proches de Gabrielle et Alphonse Lacoudre qui possèdent une résidence secondaire ç la Ferté Milon. Alphonse est négociant en bois.

Les Lacoudre conseillent aux Bich le baptême de leur fille Viviane qui est née en Févier 1941.

Le 21 juillet 1942, les parents sont arrêtés par les gendarmes et laissent les deux enfants en liberté. Victor alors âgé de 15 ans conduit sa petite sœur par le train chez les Lacoudre à Paris dans le XVIIième arrondissement. Les Lacoudre envoient aussitôt Victor chez les Frères Dominicains à Voison dans l’Isère.

Les Lacoudre n’ont pas d’enfants, la petite Viviane va rester cachée chez ce couple jusqu’à la fin de la guerre, gâtée, choyée par ses sauveteurs.

Les parents quant à eux sont tous deux des rescapés des camps de la mort et la famille enfin réunie après guerre va aller vivre à Albany aux Etats-Unis jusqu’en 1948 chez un oncle paternel.

Le 15 novembre 2009 l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Lacoudre Alphonse et son épouse Gabriella.

Cours Malherbes

Résidence secondaire à la Ferté Milon

Résidence secondaire à la Ferté Milon

Viviane 2 ans et demi

Viviane Lacoudre (faux nom)  en octobre 1944 au cours Malherbes

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes