Dossier n°11794 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marie Bébiot Larroze

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 01/10/1892
Date de décès : 01/02/1991
Profession : Commerçante
    Localisation Ville : pau (64000)
    Département : Pyrénées-Atlantiques
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Bernard Moscovici est né en Roumanie, pays qu’il a fui pour échapper au service militaire. Il rejoint la France en 1908. Il se marie en 1917 avec Anna Ghinsberg. Ils ont trois enfants : Pauline en 1918, Jacques en 1923, et le témoin, Marc, né en 1925. Bernard, qui est mécanicien automobile, fait construire un garage en 1920, dans le 17è arrondissement de Paris. Jusqu’en 1942, la famille habite Courbevoie. En janvier 1942, grâce à un passeur qui vient les chercher à Paris, Marc et son frère partent en zone libre pour préparer la venue du reste de la famille. Ils ont des faux papiers au nom de BERMOT. Ils sont réfugiés à Pau, où ils ont trouvé une villa à louer. Bernard, Anna et Pauline les rejoignent. Malheureusement, le passeur n’a pas le temps d’organiser le voyage de la mère d’Anna, qui sera déportée, avec sa sœur,  avant la date prévue pour le voyage. Marc va au lycée de Pau, où il retrouve ses amis, les frères SCHWARTZENBERG. Ils distribuent des tracts mais un élève, fils de milicien, les dénonce. Ils sont arrêté, déportés et assassinés. C’est alors que le professeur d’anglais conseille fortement au 4 élèves juifs de la classe de ne plus remettre les pieds au lycée. Un ami de Paris avait remis à la famille MOSCOVICI une recommandation pour un parent à lui, à utiliser en cas de danger. Et des relations avaient été établies avec cette personne (Mme Bébiot et son fils Pierre) dès 1942. Dès l’arrestation des frères SCHWARTZENBERG, Marc se réfugie chez Pierre & Marie BEBIOT. (Il apprendra plus tard qu’il fait partie de l’Armée Secrète). Marc vit reclus dans une petite pièce pendant un an et demi.  Marie Bébiot s’occupe de lui. Pierre fait la liaison entre Marc et sa famille qui est cachée chez Mme CAROLY, apparentée à la famille BEBIOT. Grâce à Pierre Bébiot, un chef de l’Armée Secrète organise le départ de Marc pour l’Espagne en octobre 43. Après un long parcours, Marc rejoint l’Armée de la France Libre. Il débarquera en août 44 avec le Général de Lattre de Tassigny en Provence. Quant à Pierre Bébiot, il est arrêté par la Gestapo en octobre 43 pour ses activités de résistance. Mais il parvient à s’échapper et  rejoint les Forces Françaises Libres en Afrique du Nord.

    Le 28 avril 2010, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Madame Bébiot Marie le titre de Juste parmi les Nations.

    Article de presse - Sud ouest du 12/09/2011Article de presse – Sud ouest du 12/09/2011
    Invitation cérémonie BebiotInvitation cérémonie Bebiot



    Mis à jour il y a 12 mois.