Dossier n°11808

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2010
François Lizzardi
Année de nomination : 2010
Date de naissance : 20/02/1896
Date de décés : 29/12/1955
Profession : Maçon

Henriette Lizzardi Biasetti
Année de nomination : 2010
Date de naissance : 16/02/1896
Date de décés : 12/07/1969
Profession : Ouvrière d’usine

Localisation Ville : Fontenay-sous-Bois (94120)
Département : Val-de-Marne
Région : Île-de-France

Personnes sauvées

Cérémonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 06 Mai 2013


    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    De gauche à droite François et Henriette Lizzardi avec les sauvés
    Lorsqu’éclata la seconde guerre mondiale,  François et Henriette LIZZARDI habitaient Fontenay sous Bois avec leur fils Jeannot. François était maçon. Henriette travaillait à l’usine. Quand Gabriel  (15 ans) et Jeannette  (13 ans) GERSZTENKORN, nés en France de parents juifs polonais,  arrivèrent chez eux en 1942,  leur mère, restée seule après la déportation de son mari, venait d’échapper par miracle à la Rafle du Vel d’Hiv. Elle avait eu leur adresse par son amie Madame WARZAGIER dont ils avaient recueilli le fils, Edouard . Jeannette raconte :

    « La maison d’Henriette et de François se trouvait dans une ruelle retirée. On ne la  découvrait la maison qu’une fois franchie  la clôture du jardin. Elle me semblait la cachette idéale. Henriette nous accueillit d’un simple et chaleureux « Bonjour ! ». Nous  fîmes connaissance de son fils Jeannot, d’Edouard WARZAGIER ainsi que de Clara et de son petit frère Félix dont les parents venaient d’être déportés..

    Henriette s’occupait vaillamment de cette nombreuse maisonnée. Elle travaillait de nuit et vaquait dans la journée aux besoins de nous tous,  ne faisant aucune différence entre son propre fils et les cinq enfants juifs cachés chez elle. En fin de semaine, quand François était à la maison, elle sautait sur son vélo et partait au ravitaillement Nous n’avons jamais eu faim. Nous ne sortions que le soir, dans le jardin pour bavarder avec François qui essayait de nous distraire de notre inquiétude et de notre chagrin.»

    Gabriel et Jeannette passèrent presque quatre mois à Fontenay-sous-Bois, jusqu’à ce qu’Ils parviennent , après bien des péripéties, à rejoindre leur mère réfugiée à Romans-sur-Isère chez Mademoiselle Marie-Magdeleine GIRAUDIER, une courageuse Directrice d’Ecole, nommée Juste parmi les Nations à leur demande en 1996.

    Peu de temps après le départ de Jeannette et de Gabriel, les LIZZARDI furent dénoncés.  Prévenus à temps par un voisin, ils partirent précipitamment se cacher dans le Loiret avec Jeannot leur fils et avec Clara et Félix..Jeannette, aujourd’hui Madame KATZ, habite Montréal. Gabriel , bien que ses études aient été interrompues par les nazis qui le chassèrent du collège Turgot de Paris où il était un excellent élève, est devenu après la guerre sous le pseudonyme de Gabriel GARRAN , un brillant metteur en scène français.

    Le 31 mai 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur François Lizzardi et à son épouse Madame Henriette Lizzardi.

    Documents annexes

    Invitation  cérémonie Lizzardi Invitation cérémonie Lizzardi
    27 avril 2013 17:45:16

    Articles annexes