Dossier n°11844A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

André Charpentier

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 26/06/1902
Date de décès : 20/11/1976
Profession : employé aux Presses Parisiennes (NMPP)

Renée Charpentier Avice

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 27/06/1901
Date de décès : 26/01/1992
Profession : sans profession

Armandine Langlais Avice

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 08/09/1884
Date de décès : 04/11/1968
Profession : Costumière au théâtre des Bouffes Parisiennes

    Localisation Ville : Paris (75018)
    Département : Paris
    Région : Ile-de-France

    Lieu de mémoire

    L'histoire

    Gersh et Jenta Pelta émigrèrent à Paris avec leur fille Lisa née en 1919. Leur fils Elie naquit en 1921 et Edith en 1928. Armandine Langlais, dessinatrice de mode, habitait le même immeuble que les Pelta et ils devinrent amis.

    Après les premières rafles en juillet 1942, le danger pour les Juifs à Paris s’accrut beaucoup et les Pelta commencèrent à craindre pour leur vie. Elie partit à Lyon en décembre 1942. Voyant ses amis dans la détresse, Armandine proposa de prendre le reste de la famille chez elle. En 1944, elle abrita Lisa et Edith et leurs parents vinrent rapidement les rejoindre.

    Armandine donna sa chambre aux Pelta et s’installa dans le séjour. La nuit du 4 février 1944, la police entra chez les Pelta mais trouva l’appartement vide. Alors Armandine décida qu’il serait plus sûr pour les Pelta de quitter Paris. Elle possédait une maison à Athis-Mons dans l’Essonne, juste à côté de chez sa sœur et son beau-frère, Renée et André Charpentier. Gersh et Jenta Pelta s’installèrent dans la maison d’Armandine. Edith fut accueillie chez les Charpentier ainsi que la petite fille d’Armandine Andrée qui avait onze ans. Lisa resta à Paris chez des cousins. Elle trouva du travail et de temps en temps allait à Athis-Mons pour donner à sa famille des tickets de cartes d’alimentation, malgré le danger de voyager seule.

    André et Renée Charpentier adoraient Edith comme leur propre enfant. Ils faisaient pousser des légumes et des fruits dans leur jardin, ce qui apportait un supplément à leurs maigres rations de nourriture. Chaque jour, les Pelta étaient invités à manger chez les Charpentier. Edith devint l’amie d’Andrée et jouait beaucoup avec elle. Leur amitié dure jusqu’à aujourd’hui. Les Charpentier s’occupèrent d’Edith et ses parents jusqu’à la fin de la guerre. Après la Libération, Armandine proposa aux Pelta l’appartement qu’elle louait à Paris pendant qu’elle s’installait dans sa maison à Athis-Mons. Les deux familles restèrent en contact étroit. Andrée Charpentier assista au mariage d’Edith Pelta.

    Le 28 avril 2010, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Renée et André Charpentier ainsi qu’à Madame Armandine Langlais, le titre de Juste parmi les Nations.

    Exposition Les Justes parmi les Nations de Paris

    Documents annexes

    Article de presse - L'Essonne du 30/05/2011Article de presse – L’Essonne du 30/05/2011
    Article de presse - L'Essonne le Mag N°123 été 2011Article de presse – L’Essonne le Mag N°123 été 2011

     




    Mis à jour il y a 9 mois.