Dossier n°11845 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2010

Pierre Frontin

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 15/03/1903
Date de décés : //
Profession : Père, ecclĂ©siastique, directeur de l’Ă©cole Saint-François

Localisation Ville : Ville-La-Grand (74100)
DĂ©partement : Haute-Savoie
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

Pierre FRONTIN
Le Père Pierre Frontin Ă©tait le directeur du Collège Saint-François de Sales, le JuvĂ©nat, un pensionnat catholique situĂ© dans la ville de Ville-la-Grand en Haute Savoie. De 1942 Ă  1944, les prĂŞtres enseignant Ă  l’école, et les autres membres du clergĂ©, aidèrent de nombreuses personnes fuyant les forces occupantes du rĂ©gime nazi et leurs collaborateurs. Le Père Frontin les aida activement en sachant parfaitement ce qui se passait et avec sa totale bĂ©nĂ©diction. Des centaines – peut-ĂŞtre des milliers – de rĂ©fugiĂ©s furent accueillis dans l’école pendant quelques heures ou une nuit (ils dormaient dans le rĂ©fectoire sur de la paille) en attendant de les aider Ă  prĂ©parer leur passage de la frontière Suisse. La plupart de ces personnes Ă©taient juives – seules ou avec leurs familles – mais il y avait aussi des rĂ©fugiĂ©s politiques ou militaires. L’école Ă©tait un « point de chute » pour la RĂ©sistance des deux cĂ´tĂ©s de la frontière.

L’école abritait une chapelle, un dortoir, des classes, un potager et un jardin ainsi qu’un vignoble. Un chemin proche du mur d’enceinte menait vers la Suisse – la frontière Ă©tait signalisĂ©e par un fil de fer barbelĂ© et des pierres indiquaient oĂą le territoire français s’achevait et oĂą le territoire suisse commençait. Ceux qui s’efforçaient de passer la frontière devaient attendre que les soldats allemands du cĂ´tĂ© français et les douaniers suisses finissent leur patrouille pour passer.

Le Père Louis Favre à l’initiative de la mission de sauvetage persuada ses collègues de se joindre à lui – le Père François Favrat, le Père Gilbert Pernoud (qui aidait la majorité des réfugiés à traverser la frontière), le Père Raymond Boccard (le jardinier de l’école qui donnait le feu vert aux réfugiés et les aidait à grimper sur le mur pendant les deux minutes où ils ne pouvaient pas être pris), le Père Jean-Baptiste Reynard (qui était en relation étroite avec les autorités douanières suisses) et le Pierre Frontin (le Principal de l’école).

Malgré la peur du grand danger couru pour aider ces réfugiés, le Père Frontin non seulement permit à son personnel de continuer, mais devint lui-même aussi très actif dans cette mission de sauvetage.

Le Père Favre dut quitter l’école à de nombreuses occasions en raison de ses activités de Résistant. Il fut arrêté (sans doute sur dénonciation) par les Allemands en février 1944. Il fut incarcéré dans la prison d’Annemasse, puis à Annecy. Le Père favrat fut arrêté avec lui mais fut libéré le jour suivant. Le Père Frontin, qui se trouvait à l’extérieur à ce moment-là, fut arrêté dès qu’il rentra à l’école. Les Allemands fermèrent alors l’école.

En juillet 1944, le Père Frontin sortit de prison. Quelques jours après, le Père Favre fut torturé et abattu.

Dans les années 1980, les Pères Louis Favre, Gilbert Pernoud et Raymond Boccard furent nommés Justes parmi les Nations. En 1987, le Père Boccard fit la demande à Yad Vashem pour faire reconnaître le Père Pierre Frontin « sans la permission de qui, on n’aurait rien pu faire ».

Le 28 avril 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations au Père Pierre Frontin.

Documents annexes

Invitation  cérémonie Frontin Invitation cérémonie Frontin
16 décembre 2012 09:29:26

Articles annexes

Aucun autre article