Dossier n°11870

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2010
Emma Navarro
Date de nomination : 2010
Date de naissance : 15/03/1900
Date de décés : 12/11/1998
Profession : religieuse

Localisation 75004 Paris - Département : Paris - Région : Île-de-France France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Emma Navarro en 1931
Mademoiselle Agnès Navarro, Sœur Agnès en religion, dirigeait un établissement situé 37 rue Sainte Croix de la Bretonnerie dans le quartier du Marais à Paris. Les élèves fréquentant ce cours étaient en majorité de confession juive. L’établissement n’était pas mixte, il n’y avait que des filles qui bénéficiaient de cours de musique, de langue, etc.

En 1941, les élèves partirent en colonie à Grand Bourg sur la commune d’Evry en région parisienne. Elles logeaient dans un pensionnat appartenant à Notre Dame de Sion. Pour ne pas se faire remarquer, Mademoiselle Agnès avait souhaité que les jeunes filles aillent à la messe et leur avait remis des missels dans lesquels avaient été glissés des extraits des Psaumes de David.

En 1943, la police vient arrêter la famille Rosenblum. Marie, une des filles, déclare qu’elle ne fait pas partie de la famille et qu’elle est simplement en visite. Les policiers ne tiennent pas compte de sa déclaration et elle est embarquée avec sa mère et ses deux sœurs dans le car de police. Un peu avant Drancy, un policier conseille à Marie de se dissimuler sous une banquette. Elle est alors recouverte par plusieurs capes que portaient à l’époque les agents de police.

Emma Navarro
Arrivée au camp de Drancy, tout le monde descend, à l’exception de Marie, toujours dissimulée. Elle sera débarquée à la Bastille. Ne sachant pas quoi faire, elle décide de demander du secours à Mademoiselle Agnès. Mademoiselle Agnès met Marie à la porte et Marie repart en pleurant. En vérité, devant tant de témoins, Mademoiselle Agnès a jugé préférable d’adopter cette stratégie. Elle a glissé l’adresse d’un couvent où Marie se rend, rue des Saints Pères, à Paris.

Le père de Marie resté en liberté réussit à faire libérer de Drancy sa femme et ses deux filles. Madame Rosenblum décide de mettre à l’abri ses enfants. Mademoiselle Agnès les fait placer dans une pension catholique où elles sont inscrites sous un faux nom. Elles se nomment désormais Durosier.

Mademoiselle Agnès a aidé de nombreuses autres jeunes filles juives en les cachant quelques heures et en les emmenant pour les confier à des familles non juives hors de Paris.

Le 31 mai 2010, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Mademoiselle Emma Navarro, Sœur Agnès en religion.

A gauche Emma Navarro en 1955

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article




Mis à jour il y a 2 semaines.