Dossier n°11897 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2010

FĂ©lix Fontenaille

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 21/05/1892
Date de décés : 09/09/1985
Profession : Ecrivain

Localisation Ville : Château du Plaix Joliet (36140)
DĂ©partement : Indre
RĂ©gion : Centre-Val de Loire

L'histoire

FONTENAILLE FĂ©lix
David Sznajdman et sa femme Ă©taient originaires de Pologne, près de Lublin. Le père est arrivĂ© en France Ă  Paris en 1932 et la mère en 1934. Ils se marient en 1935. Le père exerçait le mĂ©tier de tailleur, la mère travaillait avec lui. Michel naĂ®t en 1938. La guerre Ă©clate et durant l’exode, la famille Sznajdman arrive tant bien que mal, Ă  pied le plus souvent, jusqu’au petit village de Clugnat dans la Creuse, oĂą l’Ă©cole avait Ă©tĂ© amĂ©nagĂ©e pour accueillir des rĂ©fugiĂ©s. Elle y reste jusqu’en juillet 1940, oĂą le père qui cherchait du travail, entend parler d’un tailleur Ă  Aigurande (Ă  35 kilomètres de Clugnat) qui cherchait un ouvrier. Les Sznajdman arrivent en novembre 1940 chez Monsieur Alexis Colas, qui les loge et donne du travail Ă  David Sznajdman. La situation est relativement calme, Ă  part des bruits qui couraient de plus en plus inquiĂ©tants.

En fĂ©vrier 1943, la famille Sznajdman va habiter dans des baraquements que la commune d’Aigurande avait amĂ©nagĂ©s pour les rĂ©fugiĂ©s. Les parents avaient pensĂ© qu’il valait mieux ĂŞtre chez soi que chez les autres. Dans la nuit du 23 fĂ©vrier 1943, deux gendarmes français en uniforme arrivent, braquant une lampe Ă©lectrique dans la figure de Michel et demandent oĂą est son père. Michel affirme qu’il ne sait pas. Les gendarmes repartent. En fait, les parents savaient qu’il y avait eu une rafle la nuit prĂ©cĂ©dente, au cours de laquelle vingt Juifs avaient Ă©tĂ© pris, c’est pourquoi le père s’Ă©tait enfui.

Pendant ce temps, le père Ă©tait parti Ă  pied, de nuit, trouver refuge chez Monsieur FĂ©lix Fontenaille, veuf demeurant avec ses deux fils Charles 9 ans et Jean-Yves, 4 ans Ă  une douzaine de kilomètres d’Aigurande. C’était un client de Monsieur Colas. Il Ă©tait le gendre de l’illustre GĂ©nĂ©ral Mangin, hĂ©ros de la guerre de 14-18, une famille de RĂ©sistants. Monsieur Fontenaille accueillit David Sznajdman en ces temps difficiles au risque de sa vie et de celle de ses enfants. Il est restĂ© lĂ  un certain temps, sans ĂŞtre inquiĂ©tĂ©, faisant des travaux de couture et de jardinage.

Un jour de 1943, trois hommes de la Gestapo viennent et interrogent très violemment Monsieur Fontenaille. David, depuis sa cachette, les voit et les entend. Il est urgent pour lui de partir. Il va voir les voisins, Monsieur et Madame Moreau qu’il connaissait. Ceux-ci l’hĂ©bergent pendant plusieurs mois, jusqu’en septembre 1944.

Après la guerre, les Sznajdman sont restés en très bons termes avec Monsieur Fontenaille et sa famille.

Le 14 juillet 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Félix Fontenaille.

Documents annexes

Article de presse - Nouvelle rĂ©publique du 26/09/2011 Article de presse – Nouvelle rĂ©publique du 26/09/2011
5 mai 2016 12:41:37
Article de presse - Nouvelle rĂ©publique du 26/09/2011 Article de presse – Nouvelle rĂ©publique du 26/09/2011
5 mai 2016 12:40:47

Articles annexes

Aucun autre article