Dossier n°12026

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2011
Agnès Breitburd Delespaul
Année de nomination : 2011
Date de naissance : 04/09/1908
Date de décés : 08/12/1995
Profession : Sans profession

Localisation Ville : Paris (75016)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 13 Décembre 2011

L'histoire

Agnès BREITBURD

David Gurewicz, originaire de Russie et son épouse Eugénie habitaient Moscou. En 1917, ils quittent la Russie pour Varsovie en Pologne où naît leur fille Mirra, le 27 février 1922. Quelques mois plus tard, ils arrivent à Berlin en Allemagne. Monsieur Gurewicz travaille dans le cinéma et son épouse n’exerce aucune profession.

En 1933, la situation s’aggrave en Allemagne avec le boycott des magasins juifs. En 1934, Monsieur Gurewicz ayant un visa français, quitte Berlin et s’installe à Paris. Son épouse et sa fille viennent le rejoindre. La famille habite dans le 16ème arrondissement à Paris. La veille de la rafle du Vél´ d’Hiv, des bruits couraient que l’on allait arrêter tous les Juifs sauf les enfants et les personnes de plus de 60 ans. Le matin du 16 juillet 1942, la police vient arrêter Eugénie Gurewicz. Elle est déportée le 24 juillet 1942 par le convoi N° 10, sans retour. Monsieur Gurewicz qui avait plus de 60 ans ne fut pas arrêté.

Prévenue par une amie, Mirra se réfugie à l’UGIF (Union Générale des Israélites de France) rue Lamarck (Paris 18e) où les employés avaient « une carte de légitimation ». Elle put se faire embaucher et y resta un mois dans l’attente de cette carte. En février 1943, on lui fit savoir qu’étant étrangère (réfugiée russe), la prolongation de sa carte ne serait pas renouvelée et qu’elle et son père devaient se cacher. Pour son père, il n’y avait pas de problème. Il trouva une pension de famille qui voulut bien l’accueillir mais pour Mirra, c’était plus difficile.

M. Gurewicz avait un confrère, Monsieur Breitburd, marié à une française catholique, Agnès. Le couple avait trois enfants : France-Lyne, Didier et Patrick. Toute la famille était domiciliée Boulevard Exelmans dans le 16ème arrondissement à Paris. Monsieur Breitburd avait été arrêté et transféré à Drancy, non déportable car marié à une « aryenne ».

Sans hésiter et malgré les risques de déportation pour elle, son mari et ses enfants, Agnès accepte, sans la connaître, d’héberger Mirra, lui demandant de ne pas sortir. Fin février, Mirra s’installe chez Agnès Breitburd et devient une parente pour le voisinage. Mirra est restée chez sa bienfaitrice jusqu’à la Libération et est rentrée chez elle, tout comme son père. Monsieur Breitburd a été libéré de Drancy.

Le 16 février 2011, l’institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Agnès Breitburd.

Madame BREITBURD

les personnes sauvées. Agnès breitburd est à la première à gauche

Documents annexes

Article de presse-Le journal toulousain du 22/12/2011 Article de presse-Le journal toulousain du 22/12/2011
4 novembre 2013 08:20:45
Invitation cérémonie Breitburd Invitation cérémonie Breitburd
25 octobre 2012 16:23:23

Articles annexes

Aucun autre article