Dossier n°12338

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2012
Jean-Baptiste Palluel-Blanc
Année de nomination : 2012
Date de naissance : 28/11/1891
Date de décés : 16/09/1975
Profession : Hotelier

Marie-Louise Palluel-Blanc Bal
Année de nomination : 2012
Date de naissance : 04/11/1898
Date de décés : 04/12/1994
Profession : Hotelière

Localisation Ville : Hauteluce (73620)
Département : Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 06 Mai 2013


    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Pendant l’occupation,  Marie Louise et Jean Baptiste PALLUEL-BLANC, étaient propriétaires de l’Hôtel du Mont Blanc à HAUTELUCE, village de Savoie situé à 1150 mètres d’altitude. Par décret du Préfet du régime de Vichy, les  juifs étrangers réfugiés dans le département de l’Isère y étaient assignés à résidence.

    Les  PALLUEL-BLANC disposaient d’un  logement de deux pièces . Ils le mirent à la disposition d’ Ignac et Mindle  KRAMER , arrivés récemment d’Anvers où ils avaient émigré pour fuir les persécutions d’Europe Centrale. Lors de l’invasion de la Belgique, ils partirent pour la France où ils rejoignirent la zone sud, dite libre , avec leur fille Régine née en 1933. Marie-Louise et Jean-Baptiste qui leur donnaient des preuves incessantes de solidarité, devinrent leurs amis. .Avec leur aide, ils enchaînèrent des petits boulots successifs avant de trouver du travail sur le chantier du barrage hydroélectrique de la Girotte (1).

    A  l’invasion de la zone sud, lorsque commencèrent les  grandes rafles de l’été 1942, le village d’HAUTELUCE dans lequel le pouvoir collaborationniste avait concentré un grand nombre de juifs, fut cruellement touché tandis que partout en France, arrestations et déportations s’intensifiaient.

    Mindle KRAMER savait sa sœur Sarah  internée avec son mari Moïse MANDEL et sa fille Lina (née en 1938) au camp de Rivesaltes. Elle décida de tenter le tout pour le tout. Monta un ingénieux stratagème, se procura des faux papiers, se rendit à Rivesaltes, s’infiltra dans le camp et parvint de justesse à en faire sortir sa sœur et sa nièce (son beau-frère, sélectionné pour la déportation n’était déjà plus là) .

    Toutes trois rejoignirent HAUTELUCE où les KRAMER et les MANDEL, sous la protection des PALLUEL-BLANC , allaient désormais vivre à cinq , jusqu’à la Libération.

    Le 7 août 2012, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Jean-Baptiste Palluel-Blanc et à son épouse Madame Marie-Louise Palluel-Blanc.

    Documents annexes

    Invitation  cérémonie Palluel Invitation cérémonie Palluel
    27 avril 2013 17:46:26

    Articles annexes