Dossier n°12546

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2013
Rose Sauvat
Année de nomination : 2013
Date de naissance : 28/10/1907
Date de décés : 27/04/1994
Profession :

Localisation Ville : Clermont-Ferrand (63000)
Département : Puy-de-Dôme
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Avant la guerre, Haïm Abovici vivait avec sa femme Rosa et leur fille Josette née en 1930 à Clermont-Ferrand en Auvergne. En septembre 1943, la police française menait des arrestations massives de Juifs dans cette ville. Le 8 septembre 1943, les gendarmes vinrent arrêter Haïm Abovici, le sortirent brutalement de l’appartement et l’embarquèrent dans leur voiture. Il fut envoyé à Drancy et de là déporté par le convoi N° 61 le 28 octobre 1943 à Auschwitz, où il fut assassiné.

Quand Haïm fut arrêté, Rosa, morte de peur, se précipita chez la voisine du premier étage de l’immeuble qui s’appelait Rose Sauvat et la supplia de l’aider. Rose Sauvat, qui habitait seule, ouvrit immédiatement sa porte et accepta d’héberger Rosa et Josette dans son appartement. Elle prenait de grands risques, particulièrement à cet instant-là. Environ dix minutes après avoir embarqué Haïm, les gendarmes revinrent chercher Rosa et Josette, mais découvrirent l’appartement vide. Tout ceci se passa tellement rapidement !

Josette et sa mère passèrent la nuit dans l’appartement de Rose Sauvat. Ce fut la plus horrible nuit de leur vie. Le lendemain matin elles s’enfuirent vers Grenoble où des membres de leur famille étaient réfugiés. Josette et sa mère survécurent à la guerre.

Après la Libération, Rosa et Josette reconstruisirent leur vie, non sans difficulté. Mais bien qu’elles aient perdu le contact avec leur sauveuse, Josette n’oublia jamais cette nuit d’angoisse. Ces dix minutes où Rose Sauvat prit la décision de la cacher avec sa mère évita leur arrestation et les protégea d’une mort certaine.

Le 30 avril 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Rose Sauvat.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article