Dossier n°12559 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Rose-Marie Chastin Buoncuore

Année de nomination : 2013
Date de naissance : 06/09/1924
Date de décès : 11/06/2019
Profession : Couturière

Marius Buoncuore

Année de nomination : 2013
Date de naissance : 12/01/1897
Date de décès : 25/08/1986
Profession : Jardinier

Fernande Buoncuore Audibert

Année de nomination : 2013
Date de naissance : 09/05/1898
Date de décès : 23/02/1982
Profession : Sans profession
    Localisation Ville : Marseille (13008)
    Département : Bouches-du-Rhône
    Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

    L'histoire

    Gilda Sciaky est née à Salonique, elle est arrivée en France en 1930 avec ses parents David et Sol Sciaky. Elle avait deux sœurs plus âgées Rachel aujourd’hui décédée et Nelly déportée avec elle et leur mère à Auschwitz en 1944, et Elie le seul garçon témoigne.

    Au début de l’année 43, eut lieu à Marseille la grande rafle mais la traque a continué les jours suivants. Gilda et Mimi travaillaient dans un atelier de couture place Félix Barret. Les ouvrières dont faisaient parties les deux amies étaient à l’étage et ne pouvaient donc pas voir ce qui se passait dans la rue. Les vendeuses les avertissent que les allemands arrivaient.

    Rose-Marie dite Mimi réagit immédiatement et ordonne à Gilda de la suivre, elles sortent par l’arrière rue de Rome et montent dans un tramway en marche pour éviter la place Barret .

    Gilda s’assoit sur la banquette et Mimi sur ses genoux. Le tram est arrêté entre deux stations et une patrouille monte pour vérifier les papiers, c’est un policier français qui se présente devant les jeunes filles et par chance il s’agissait d’un ami d’enfance de Mimi. Après un geste de connivence, il accepte deux fois la présentation de la carte d’identité de Mimi. Le policier ne dit rien et se retourne vers les deux soldats allemands qui l’accompagnaient et leur fait signe que tout est en ordre.

    Elles arrivent à destination à Sainte-Anne chez les parents de Mimi. Gilda va y rester malgré les risques encourus quelques temps, puis elle prendra la décision de retourner chez elle rue Chaix pour retrouver sa mère Sol et sa sœur Nelly.

    Il est évident que Mimi a permis à Gilda de bénéficier de 16 mois de sursis, elle fut tout de même déportée au mois de mai 1944 avec sa mère et sa sœur, et a été la seule à revenir.

    Le 18 février 2013, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à M. Buoncuore  Marius , sa femme Fernande et leur fille Rose-Marie Chastin, le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Article de presse - La Provence du 16/07/2013Article de presse – La Provence du 16/07/2013
    Invitation cérémonie Invitation cérémonie

     




    Mis à jour il y a 2 mois.