Thérèse Trébuquet Teilh-Magendie
Année de nomination : 2013
Date de naissance : 09/09/1873
Date de décés : 11/03/1946
Profession : Commerçante

Localisation Ville : Nay (64800)
Département : Pyrénées-Atlantiques
Région : Nouvelle-Aquitaine

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 14 Juin 2015

L'histoire

Madame Therese Trebuquet.

Thérèse Trebuquet

Avant la guerre Szmul Zagdanski habitait à Anvers en Belgique, avec sa femme Sheindla Both et leur deux enfants, Hersh (né en1923) et Betty (née en 1933).
Après l’invasion Allemande en 1940, la famille fuit vers la France et s’installe à Nay (Basses Pyrénées) près de la frontière espagnole.

A Nay, ils ont été accueillis par Thérèse Trébuquet, une veuve de 72 ans sans enfants. Thérèse a caché les parents derrière un tas de fagots dans le grenier d’une tannerie située derrière la maison. Sheindla sortait durant la nuit, mais on lui demandait de garder le silence parce qu’elle ne parlait pas le français. Elle prétendait être espagnole, sourde et muette. Hersh passait la plupart du temps à travailler et se cachait dans les montagnes pendant que Betty restait à la maison avec Thérèse. Elle allait à l’école sous son vrai nom et se présentait en tant que petite-fille de Thérèse.

En aout 1942 Szmul est arrêté. Il réussit à échapper à la police et retourne chez Thérèse où il pensait être en sécurité. Le lendemain matin la police revient pour l’arrêter. Sheindla reste  cachée au grenier et arrive à survivre, Mais Szmul est déporté au camp d’Auschwitz le 4 Novembre 1942, Convoi No 40, où il périt.

Thérèse a continué à protéger Sheindla jusqu’à la fin de la guerre. Elle a décidé de sauver cette femme, malgré le risque d’être arrêtée..

Betty était sous les auspices de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants). Après la déportation de son père, elle est placée dans un orphelinat à Blan (Tarn) pour être en sécurité. Betty est restée là, sous les soins de  sœur Joseph (Anna Jalibert), pendant près de deux ans. Elle était cachée avec d’autres enfants juifs, parmi lesquels Esther Rosenberg, Miriam Licht et Zelma Scheinowitz. Elle suivait tous les cours de religion sans participer à la communion. Son nom de famille a été changé de Both a Bothier pour paraître plus français. Elle se souvient de la bonté de Sœur Joseph. Toutes les sœurs connaissaient l’identité des enfants cachés mais elles gardaient le secret.

Un jour, Betty reçoit une lettre de son frère lui disant qu’elle devait se souvenir qu’elle était Juive et qu’elle le resterait toujours. Sœur Joseph alarmée lui demande de détruire immédiatement la lettre pour qu’elle ne tombe pas dans de mauvaises mains. Près de deux ans plus tard, Betty devait partir à nouveau car il y avait des rumeurs de dénonciations.

Betty fut alors recueillie par Daniel Sens, un Pasteur Protestant qui était actif dans la Résistance et cachait des enfants juifs chez des paysans à l’abri du danger. Daniel Sens était marié et avait trois enfants. Sa fille Monique devint très attachée à Betty, qui resta avec la famille Sens jusqu’à la libération. Après la guerre Daniel Sens s’attacha à réunir les enfants cachés avec leurs familles, aidé par Hersh Both.

Grâce au courage et l’aide de ces personnes, Sheindla, son fils et sa fille ont échappé à la déportation et ont survécu. La famille est retournée en Belgique en 1947. Betty a émigré vers les États-Unis en 1955, elle s’est mariée avec Sidney Grumet et a eu deux enfants. Malgré la distance et les années qui passent, elle n’a jamais oublié ceux qui l’ont aidée et lui ont permis d’avoir une vie pleine et heureuse.

 Le 12 mars 2013, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Thérèse Trébuquet et Anna Jalibert (Sœur Joseph).

Articles annexes




Mis à jour il y a 7 mois.