Dossier n°12601A

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2013
Léontine Blezat
Année de nomination : 2013
Date de naissance : 07/06/1904
Date de décés : 10/05/1988
Profession : Surveillante des Hôpitaux

Localisation Ville : Montreuil (93100)
Département : Seine-Saint-Denis
Région : Île-de-France

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Léontine Blézat
Léontine Blézat, dite « Jeanne » et Alain de Coatgoureden vont sauver Sarah Hausfater et son fils Jacques.

La famille Hausfater, originaire de Roumanie, habitait avant guerre dans le 12e arrondissement de Paris. 
M. Hausfater, né en 1893 était tailleur. Il arrive en France au début des années 1920. Il rencontre Sarah Hausfater, née en 1904, arrivée en France en 1906 et ils se marient. 
Leur fils Jacques naît à Paris en 1928, l’année où ils obtiennent leur naturalisation. 

M. Hausfater décède en novembre 1937 d’un cancer

Sarah Hausfater élèvera seule son fils. Jacques va à l’école et en 1937, sa mère l’inscrit aux Eclaireurs de France (mouvement scout ouvert aux enfants de toutes religions), puis intègrera le lycée Charlemagne qu’il continue à fréquenter pendant l’occupation.
Sarah Hausfater travaille comme secrétaire comptable dans une fabrique de meubles appartenant à des Juifs. La fabrique de meubles est aryanisée mais la nouvelle direction continue à l’employer.

Pendant l’été 42, Jacques est en vacances en Bourgogne. Sa mère l’avertit de ne pas passer à la maison à son retour mais de la rejoindre à son travail car onze membres de leur famille avaient été arrêtés et envoyés à Drancy avant d’être déportés. Aucun ne reviendra.

Jacques rejoint sa mère et après deux nuits passées dans l’usine avec la complicité du Directeur, sera pris en charge par son chef scout, le Vicomte Alain de Coatgoureden dont la femme et les enfants se trouvaient en Bretagne. 
Pendant deux ans, Alain de Coatgoureden va héberger Jacques dans son appartement dans le 8e arrondissement de Paris, tout près de la Kommandantur. 

Sarah Hausfater, quant à elle, est cachée à Montreuil par Jeanne Blézat, cheftaine de louveteaux sous le totem de Grillon.
Jeanne Blézat, originaire de Belves dans le Périgord était célibataire et travaillait comme surveillante à l’Hôpital Necker-Enfants Malades. 
Sarah Hausfater restera protégée Jeanne Blézat, pendant deux ans, jusqu’à la Libération. Elle avait sa chambre et continuait à travailler. Jeanne Blézat l’aide également à rencontrer son fils Jacques régulièrement. 

En septembre 1944, Jacques retourne vivre avec sa mère, Sarah Hausfater.

Le 27 mai 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Léontine Blezat.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article