Dossier n°12741 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2014

Jean-Marie Chapot

Année de nomination : 2014
Date de naissance : //
Date de décés : 12/09/1951
Profession : Menuisier

Louise Chapot France

Année de nomination : 2014
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Sans profession

Localisation Ville : Faverges-de-la-Tour (38110)
Département : Isère
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

La famille Krell habitait la ville de Mannheim en Allemagne. Alfred Krell était né en Russie en 1899 et Hannah en 1907 dans la ville de Weinheim en Allemagne. Les Krell ont deux filles, Léa née en 1932 et Ruth née en 1933. Après la Nuit de Cristal en 1938, Alfred Krell est envoyé au camp de Dachau. A son retour, toute la famille est envoyée au camp de Gurs dans le sud-ouest de la France en octobre 1940.

Les conditions de vie dans le camp sont déplorables. Des émissaires de l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) arrivent à convaincre Hannah en février 1941 de se séparer de Ruth et de Léa afin de sauver leurs vies.

Les jeunes filles sont d’abord envoyées dans un centre de l’OSE, le Château du Masgelier situé dans la Creuse. Au début de l’année 1943, quand le danger devient de plus en plus pressant, l’OSE décide de fermer le centre et éparpille les enfants dans différentes familles françaises.

A la demande de Hannah, Léa et Ruth restent ensemble et sont envoyées avec l’aide du réseau Garel dans la famille Chapot. Jean-Marie et Louise Chapot habitent un petit village Faverges de La Tour dans l’Isère qui est sous occupation italienne. Les conditions de vie sont meilleures que dans les territoires occupés par les Allemands.

Léa a de bons souvenirs de l’époque passée avec la famille Chapot. « C’étaient des paysans très pauvres. Ils avaient quelques chèvres, des poules et des lapins. Ils ont changé mon prénom en Régine et partageaient le peu qu’ils avaient  de manière égale avec leur fille Paulette. Nous dormions dans la même chambre ». Le jour où Léa  avoua qu’elle et Ruth étaient juives, cela ne changea rien dans leurs relations avec les Chapot.

Selon le rapport de l’OSE, Léa et Ruth sont restés dans le village jusqu’à la Libération. Selon le témoignage de Léa et Ruth, elles durent quitter le village quand le curé du village révéla qu’elles étaient juives. Elles étaient arrivées avec des faux noms et comme étant des réfugiées catholiques. Ruth et Léa retournent alors dans un foyer de l’OSE.

Léa et Ruth ont trouvé refuge chez Jean-Marie et Louise Chapot et y sont restées environ deux ans. Elles y ont été bien accueillies et Ruth en parle comme étant des gens formidables.

Le 25 février 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Jean-Marie Chapot et à son épouse Madame Louise Chapot.

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
9 janvier 2018 07:54:15

Articles annexes