Dossier n°12835 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2014

Jacques Pignard

Année de nomination : 2014
Date de naissance : 01/08/1901
Date de décès : 20/01/1993
Profession : Agriculteur

Félicie Pignard Berry

Année de nomination : 2014
Date de naissance : 10/04/1903
Date de décès : 17/04/1998
Profession : Agricultrice

    Localisation Ville : Marnand (69240)
    Département : Rhône
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Jacques & Félicie PIGNARD
    Fuyant l’antisémitisme et la misère qui sévissaient en Pologne, Joew (dit Jules) Zederman né en 1914 à Sosnowiec et Ita née à Radom sont arrivés en France. Ils se sont mariés en 1936. Naturalisés français, ils vivent à Paris et exercent tous deux la profession de tailleurs. Le couple a deux filles, Denise née en 1936 et Lucienne née en 1939. Micheline naîtra en 1942.

    Fait prisonnier lors de la débâcle de juin 1940, Jules Zederman passe rapidement en zone libre et s’engage dans des actions de Résistance à Lyon. Après la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942, il parvient à faire venir près de lui sa famille : sa mère, son épouse et ses filles après un pénible voyage en péniche.

    Afin de les protéger, Les Zederman envoient les deux filles aînées à la campagne à Marnand dans le Rhône chez un couple d’agriculteurs, Jacques et Félicie Pignard. Plus tard, elles seront rejointes par la petite dernière, Micheline. De plus, les Pignard mettent à la disposition des parents une petite maison près de leur ferme. Toute la famille vit là en sécurité. Cependant, de passage chez lui à Lyon et dénoncé, le père va parvenir à échapper à la Gestapo en s’enfuyant par les toits (procès-verbal de constat daté du 12 septembre 1944 faisant état des destructions opérées par les nazis).

    Les trois petites filles vivent très heureuses au milieu de la famille Pignard, dont la fille Germaine était aussi une compagne de jeux.

    Le 17 juin 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Jacques Pignard et à son épouse Félicie Pignard.

    Documents annexes

    Aucun document

    Articles annexes

    Aucun autre article