Dossier n°13083 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Paul Merland

Année de nomination : 2015
Date de naissance : 05/05/1896
Date de décès : 24/04/1973
Profession : Transporteur

Paule Merland Reynaud

Année de nomination : 2015
Date de naissance : 14/03/1902
Date de décès : 06/01/1998
Profession : Comptable
    Localisation Ville : Saint-Sauveur-du-Montagut (07190)
    Département : Ardèche
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    La famille Berkovitz habite à Charleroi dans le sud de la Belgique. Zalman est d’origine polonaise et coiffeur de profession. Sa femme Fanny est originaire de Transylvanie. Leur fille Rachel est née en 1931. Les parents divorcent, Fanny vit avec son père jusqu’à son remariage.

    Quand la guerre éclate et que la Belgique est envahie, la famille s’enfuit vers le sud de la France. Après avoir cherché longtemps un lieu pour se cacher, ils arrivent à Alba en Ardèche, et y restent jusqu’en 1942. Zalman travaille comme coiffeur. Après l’armistice, la mère de Rachel repart à Bruxelles. Elle est en possession d’un passeport roumain lui permettant de se déplacer.

    Dans le village d’Alba, il y a de nombreux collaborateurs qui dénoncent la présence de Juifs. Durant l’été 1942, Zalman Berkovitz est arrêté, envoyé au camp de Vénissieux, à Drancy puis à Auschwitz où il est assassiné. Quelques jours après l’arrestation de son père, Rachel qui est alors âgée de 11 ans est aussi envoyée au camp de Vénissieux avec d’autres femmes et enfants.

    Dans la nuit du 29 juillet 1942, grâce à différents intervenants comme l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants), un réseau de résistance, le Père Glasberg et le Cardinal Gerlier, Archevêque de Lyon, les enfants quittent le camp et sont dispersés dans différentes familles. Rachel et quatre autres enfants arrivent à Saint Sauveur de Montagut. Rachel est accueillie par la famille Merland. C’est une famille protestante qui a trois garçons Michel, Jacques et Jean-Claude. C’est une famille aisée qui possède une compagnie de transport d’autobus, plusieurs terres agricoles et des sources minérales. Comme ils sont propriétaires d’une ferme, la nourriture est abondante et à table ils peuvent se retrouver à une dizaine de personnes.

    Ils sont ravis de recevoir Rachel qui tel un membre de la famille aide aux taches ménagères comme tous les jeudis où elle brique le sol.

    Rachel va être scolarisée sous le prénom de Rose dans l’école de filles. Elle garde son nom et son prénom d’origine, mais on lui avait recommandé de dire qu’elle s’appelait Rose si un jour on le lui demandait. Elle apprend à jouer du violon et le dimanche va au temple. La famille Merland ne l’oblige pas à assister à la messe mais Rachel aime les suivre au Temple. Elle rejoint même les scouts unionistes où les fils Merlands appartiennent. Elle vit comme une enfant normale dans une famille qui prend soin d’elle et lui donne beaucoup d’affection.

    Elle y reste jusqu’en 1944, quand sa mère vient la chercher. La séparation est très dure. La famille Merland refuse de laisser partir Rachel tant qu’ils n’ont pas l’autorisation de l’OSE. Ils refusent toute compensation financière car ils considèrent Rachel comme un membre de leur famille.

    Le 23 juin 2015, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah,  a décerné à Paul et Paule Merland, le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Invitation cérémonieInvitation cérémonie
    Article de presse Article de presse

    Articles annexes

    Les médias externes :







    Mis à jour il y a 10 mois.