Dossier n°13093 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2015

Joséphine Della Sale

Année de nomination : 2015
Date de naissance : 08/07/1908
Date de décés : 13/10/1977
Profession : Religieuse

Localisation Ville : Peille (6440)
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

Della Joséphine
Le couvent de Peille dans le département des Alpes-Maritimes appartenait à « l’Ordre de la Charité de Notre Dame du Bon et Perpétuel Secours ». Il était dirigé par Joséphine Della Sale, Soeur Thomasine en religion. Soeur Thomasine a recueilli, caché et sauvé des enfants juifs pendant la guerre. Le seul motif qui l’a guidée était l’amour du prochain et une vision humaine du christianisme. Tout le personnel religieux et laïc du couvent savait que des enfants juifs étaient cachés et dans un village de mille habitants, chacun sait ce que fait son voisin surtout que des enfants de Peille et leurs parents fréquentaient le couvent. C’est pour échapper à la barbarie nazie qui s’abattait sur Nice au début du mois de septembre 1943 après le départ des troupes italiennes et l’arrivée d’Aloïs Brunner, chef de la Gestapo que les enfants ont été recueillis par Soeur Thomasine dans le couvent de Peille.

Edouard Konopnicki, né en octobre 1938 à Nice était un de ces enfants sauvés par Soeur Thomasine. D’autres enfants juifs ont également été sauvés pendant l’hiver 1943-1944, dont Joseph Morgenstern né en 1933, son frère Jacques Morgenstern né en 1939, Isaac Niego et Claude Cohen. Ils ont été cachés ainsi que d’autres enfants non-juifs, tous fils de résistants du réseau dirigé par Pierre Merli.

Edouard Konopnicki se souvient que Soeur Thomasine ne le quittait pas des yeux de peur d’une « visite » de la milice ou des Allemands. A plusieurs occasions, Edouard Konopnicki a dû quitter le couvent pour aller se cacher dans la montagne.

Soeur Thomasine était aidée par deux religieuses, une infirmière et son mari qui surveillait pendant la journée et le dortoir pendant la nuit. La vie quotidienne consistait pour les petits à dessiner. Les religieuses faisaient la classe aux grands. Les enfants se promenaient, toujours surveillés, jamais seuls. L’église jouxtait le couvent.  Les enfants juifs sortaient pour assister à la messe avec les gens du village, puisqu’ils étaient sensés être des petits catholiques, mais ils n’ont jamais été baptisés.

Le 29 juin 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Joséphine Della Sale, Soeur Thomasine en religion, le titre de Juste parmi les Nations.   

sœur Thomasine « Joséphine Della Sale » avec les enfants sauvés

Soeur Thomasine et Eddy et sa maman Erma

Soeur Thomasine et Eddy Konopnicki

Lieu du sauvetage

Dévoilement de la stèle130

Eddy Konopnicki

Sœur Thomasine et Sœur Marie

Sœur Thomasine, Eddy Konopnicki, René Cappellette, les frères Morgenstern et Isaac Niego

Sœur Thomasine, l'infirmière et son mari, deux autres religieuses, les jeunes filles de Peille

Eddy Konopnicki

Documents annexes

Article de presse Article de presse
26 janvier 2018 13:07:59
Article de presse Article de presse
26 janvier 2018 13:07:31
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
8 avril 2016 15:57:14

Articles annexes

Aucun autre article