Dossier n°13134

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2015
Yvon Paturel
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 12/07/1907
Date de décés : //
Profession : Boulanger

Paulette Paturel
Année de nomination : 2015
Date de naissance : 03/03/1910
Date de décés : 27/03/2003
Profession : Boulangère

Localisation Ville : Crest (26400)
Département : Drôme
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 02 Avril 2017

L'histoire

Nicolas Strompf est né à Budapest en 1906 et son épouse Rosalie en 1905. Ils arrivent en France en 1925. Le père est électromécanicien, la mère couturière. Ils se marient en 1933. Raymond naît en 1935, ses parents obtenu pour lui la nationalité française. Les Strompf habitent à Vincennes.

Nicolas Strompf s’engage dans la Légion étrangère en octobre 1939 pour la durée de la guerre. Rosalie se réfugie sur l’Ile de Ré avec Raymond. A l’armistice, Nicolas est démobilisé en octobre 1940. La famille retourne à Vincennes.

Le 14 mai 1941, Nicolas Strompf est convoqué au commissariat de police de Vincennes, arrêté puis conduit dans le camp d’internement de Pithiviers dans le Loiret. Nicolas Strompf est déporté à Auschwitz le 25 juin 1942 (convoi N° 4). Son épouse Rosalie est arrêtée le 16 juillet (rafle du « Vel d’Hiv »), internée à Drancy avant d’être déportée le 27 juillet 1942 (convoi N° 12).

Des amis font passer la ligne de démarcation à Raymond et le conduisent à Crest, dans la Drôme. Raymond est caché dans une ferme, mais un petit parisien en pleine campagne, ça se remarque vite. Il est alors confié à Monsieur et Madame Paturel, artisans boulangers à Crest. Il est présenté comme un neveu de la famille. Paulette l’a tout de suite inscrit à l’école communale sous le faux nom de Raymond Paul, grâce à la complicité du directeur de l’école et de l’instituteur, tous deux résistants. Le dimanche matin, il va au Temple avec les enfants de son âge. Le pasteur connait sa situation et ne lui a jamais posé de questions. Raymond participe aux jeux d’une troupe de louveteaux unionistes (scouts protestants). Paulette est très douce, mais souvent ferme avec lui.

Des troupes allemandes, venant de Valence et se dirigeant vers le Vercors tout proche ont traversé Crest plusieurs fois. A chaque fois, c’est source d’inquiétude. Les Paturel écoutent Radio-Londres tous les jours et notent sur une carte la progression de l’Armée Rouge.

L’oncle de Raymond, Louis Strompf, avait rejoint les maquis du Vercors. Au cours de l’été 1944, Paulette a pris la décision d’amener Raymond à Aouste-sur-Sye (Drôme) rejoindre la femme et la mère de son oncle Louis, cachées dans ce petit village. A Crest, Paulette craint une dénonciation. C’est là qu’ils voient arriver les premiers soldats américains.

Mado, la cousine de Raymond vient les rejoindre. C’était la fille de son oncle Oscar Stein, tous les deux membres de la FTP-MOI. Mado est chargée de missions auprès des résistants du Vercors. Comme ils étaient sans nouvelles de la famille, il a été décidé que Mado (20 ans) et Raymond (9 ans) allaient remonter à Vincennes. Il leur a fallu huit jours, en train, autocars, camions de l’armée, pour retrouver les survivants et commencer l’attente du retour éventuel des absents. Par la suite, Raymond est resté en contact avec Paulette et lui a écrit régulièrement.

Le 17 novembre 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Yvon Paturel et à son épouse Madame Paulette Paturel.

 

Documents annexes

Article de presse - Le Crestois du 14/04/2017 Article de presse – Le Crestois du 14/04/2017
17 janvier 2019 07:35:30
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
17 janvier 2019 07:34:40

Articles annexes