Dossier n°13412

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2017
Jean-Gabriel Robin
Année de nomination : 2017
Date de naissance : 15/04/1912
Date de décés : 25/06/2007
Profession : Abbé

Localisation Ville : Saint-Jean Saint-Nicolas (5260)
Département : Hautes-Alpes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Allée des Justes à Paris

La famille Rodrigue est originaire de Bulgarie. Ezra est né en 1894 à IIaskowa. Régine Lévy est née en 1903 à Choumen. Le couple émigre en France avec leur fils Marcel né en 1924 Un deuxième garçon naît en 1931 en région parisienne. Ezra est patron d’une société d’appareillage électrique à Paris, puis à Montreuil. En juin 1939, la famille Rodrigue est naturalisée française. Ezra Rodrigue n’est pas mobilisé en raison de son âge. A la déclaration de la guerre, la famille est à Menton et reste dans le sud de la France. Elle se réfugie dans les Alpes. En 1941, l’entreprise familiale est aryanisée.

En 1942, après l’entrée des Allemands en zone sud, la famille se cache dans un bois et se réfugie dans une grotte pendant plusieurs semaines, dormant sur de la paille apportée par des paysans. Quand les Rodrigue arrivent aux Borels, dans la vallée de Champoléon, ils sont accueillis par le jeune Abbé Jean-Gabriel Robin. Ce n’est que plus tard que les Rodrigue ont appris qu’il était un des chefs de la Résistance locale.

L’Abbé Robin fait obtenir des fausses cartes d’identité aux Rodrigue ainsi qu’à une vingtaine de personnes de la famille. Emmanuel Rodrigue, alors âgé de 12 ans est placé chez les parents de l’Abbé Robin où il partage la vie de ces paysans en les aidant aux travaux de la ferme. Il est très bien traité « comme s’il était le fils de la famille ».

Le 21 mars 2017, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Jean-Gabriel Robin.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article