Dossier n°13496 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2017

Jean-Baptiste Peyrabout

Année de nomination : 2017
Date de naissance : 01/02/1896
Date de décés : //
Profession : Charpentier

Berthe Peyrabout Maingain

Année de nomination : 2017
Date de naissance : 05/07/1896
Date de décés : 08/09/1974
Profession : Couturière

Localisation Ville : Paris (75011)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Berthe et Jean-Baptiste Peyrabout
Szaja Wajnberg et son épouse Leja sont tous les deux originaires de Miedzyrzecz en Pologne. Arrivés chacun de leur côté en France, ils se rencontrent à Paris où ils exercent la profession de brossier et de couturière. Ils se marient en 1933. Le couple habite 317 rue du Faubourg Saint-Antoine dans le 11ème arrondissement, tout à côté de la rue des Immeubles Industriels, où vivaient en 1939 plus de 270 Juifs. Deux garçons naissent : Robert en 1934 et Jean-Claude en 1939. Les Wajnberg ont pour voisins et amis Albert Kohn et son épouse Sarah.

Szaja Wajnberg va se déclarer Juif en 1940. Début mai 1941, il reçoit la convocation dite du « billet vert ». Le 14 mai 1941, il se présente pour contrôle d’identité et comme près de 3700 autres Juifs étrangers. Il est envoyé le jour même au camp d’internement de Pithiviers dans le Loiret. Albert Kohn est également arrêté ce 14 mai 1941 et se trouve aussi à Pithiviers. Le 25 juin 1942, les deux hommes sont déportés par le convoi N° 4 à Auschwitz-Birkenau.

En juin 1942, Leja Wajnberg décide de ne pas porter l’étoile jaune. Robert qui a 8 ans ne la porte pas non plus. Lors de la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942, Leja Wajnberg se rapproche de sa voisine de palier, Sarah Kohn. Leja Wajnberg et ses fils échappent ce jour-là à l’arrestation massive des Juifs de Paris. Sarah Kohn et sa petite Arlette sont arrêtées et seront déportées. Sarah Kohn est déportée le 3 août 1942 par le convoi N° 14 et Arlette Kohn est déportée le 17 août 194 par le convoi N° 20 à Auschwitz où elles sont assassinées.

C’est alors que Leja Wajnberg va être cachée chez Jean-Baptiste et Berthe Peyrabout durant deux ans jusqu’à la Libération de Paris, effectuant pour eux des petits travaux de couture.

Ce sont encore les Peyrabout qui trouvent un lieu d’accueil pour Robert et son petit frère Jean-Claude, mais dès le Débarquement de juin 1944, ils vont séjourner dans la maison que les Peyrabout possèdent à Esbly en région parisienne. Après diverses péripéties, les enfants vont retrouver leur mère.

En avril-mai 1945, lors de l’ouverture des camps, la famille Wajnberg apprend la mort de Szaja en novembre 1942, alors qu’Albert Kohn sera l’un des rares survivants. Plus tard il épousera Leja avec laquelle il aura deux fils : Alain et Serge Kohn.

Le 26 juillet 2017, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Jean-Baptiste Peyrabout et à son épouse Madame Berthe Peyrabout.

 

Documents annexes

Souvenir cérémonie Souvenir cérémonie
3 janvier 2019 09:10:02

Articles annexes