Dossier n°13597 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2018

Pierre Delbos

Année de nomination : 2018
Date de naissance : 14/09/1900
Date de décés : 20/09/1971
Profession : Agriculteur

Localisation Ville : Ayrens (15250)
Département : Cantal
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

L'histoire

Kalma Apfelbaum est né en Pologne, son épouse Ruchla en Pologne. Ils se sont rencontrés à Paris et se sont mariés en 1937. La famille de Ruchla était déjà installée en France. Raymonde naît à Paris en 1939. Kalma qui était tailleur travaillait à son domicile et était aidée par son épouse Ruchla.

Quelques jours avant le 14 mai 1941, Kalma Apfelbaum reçoit une convocation l’enjoignant de se présenter au commissariat de police de son quartier pour étude de sa situation administrative. C’est un piège. Comme les 3700 Juifs qui ont répondu à cette convocation, il est arrêté et envoyé le jour même dans le camp d’internement à Pithiviers. Il écrit de nombreuses lettres à sa femme. Elles seront publiées dans le livre « Lettres d’un Interné à Pithiviers ». Il est déporté le 25 juin 1942 par le convoi N° 4. Il meurt assassiné à Auschwitz.

En 1942, Ruchla trouve un passeur pour envoyer Raymonde en zone non occupée. Elle est accompagnée de sa jeune tante Léa Konski âgée de 16 ans. Après être passées à Dijon, elles se retrouvent à Niac, commune d’Ayrens, à une quinzaine de kilomètres d’Aurillac en Auvergne chez Monsieur Pierre Delbos, un fermier. Pierre Delbos était alors divorcé. Il habitait une ferme dans le hameau de Niac. Pierre Delbos a accueilli chaleureusement Raymonde et Léa. Il leur a laissé son lit et est allé dormir dans la grange. Puis Etta Konski, la grand-mère maternelle de Raymonde est venue avec son fils, l’oncle Maurice Konski.

Pierre Delbos a tout fait pour rendre la vie le plus agréable possible pour ces quatre personnes. Raymonde se souvient qu’elle restait le plus souvent dans la ferme sans sortir pour ne pas  être vue des voisins. Il n’a pas été question de compensation financière pour leur séjour. Les quatre personnes sont restées à la ferme jusqu’au mois d’août 1944. Ils ont alors rejoint une tante, Sarah Konska, une sœur de la mère de Raymonde qui était cachée à Aurillac. Ruchia Apfelbaum est venue à Aurillac chercher sa fille qu’elle n’avait pas vue pendant près de trois ans.

Après la guerre, les contacts se sont maintenus entre Pierre Delbos et les familles Apfelbaum et Konski.

Le 16 janvier 2018, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Pierre Delbos.

Lieu du sauvetage

Documents annexes

Article de presse - Le parissien du 06/06/2019 Article de presse – Le parissien du 06/06/2019
6 septembre 2019 14:22:46
Article de presse - Actualité juive du 13/06/2019 Article de presse – Actualité juive du 13/06/2019
18 juin 2019 10:05:01

Articles annexes