Dossier n°13892 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

René Palaci

Année de nomination : 2020
Date de naissance : 25/08/1886
Date de décès : 15/03/1984
Profession : Cultivateur

Marthe Palaci Pagès

Année de nomination : 2020
Date de naissance : 07/08/1901
Date de décès : 07/07/1992
Profession : Cultivatrice

    Localisation Ville : Villereal (47210)
    Département : Lot-et-Garonne
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    « A une époque où la dénonciation était hélas répandue, il fallait du courage et de la détermination, pour cacher des juifs » Albert G.

    René & Marthe Palaci, cultivateurs à Villeréal acceptent de cacher pendant les années d’occupation la famille Goldstein, Biello-russe et juive composée des parents Nissim (Nathan) et Sarah et des deux enfants Hirsch et Albert.

    Sarah et les enfants vont rester cachés pendant toute la guerre dans une ferme appartenant à la famille Palaci à Saint-Etienne de Villeréal. Quant à Nathan, recherché par la police, reste neuf mois caché chez les Palaci. Il sort uniquement la nuit pour ne pas éveiller les soupçons. Il aide Marthe à la cuisine, raconte des histoires à leur fille Andrée alors âgée de 6 ans, lui promettant qu’après-guerre il lui ferait visiter la capitale. Dès que quelqu’un se présente, Nathan monte se cacher au grenier ou se glisse à genoux dans un placard de la cuisine au milieu des marmites. Il rend aussi visite avec la plus grande discrétion à sa femme et ses deux enfants. Lorsque des rafles étaient annoncées, d’autres juifs trouvaient refuge chez eux.

    Dès la création d’un maquis dans le voisinage, Nathan Goldstein part rejoindre la résistance, dans le groupe VERNY dans le Lot-et-Garonne basé à Tourliac. Ce petit village fut un haut lieu de la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.

    Le 14 juillet 1944, les maquisards du groupe Verny secteur N°3, avaient décidé de défiler à Villeréal, chef-lieu de canton, situé au nord-est du Lot-et-Garonne, le bourg le plus important. Ce groupe s’était installé dans une ferme au lieu-dit « Lamothe » sur la commune de Tourliac dont l’accès était quasi impossible sans connaitre la région. Nathan de nationalité russe avait été désigné pour y participer mais avait préféré laisser sa place à un de ses camarades français. Il reste donc au camp avec 11 autres résistants.

    Les partisans à peine partis à cette manifestation, une camionnette de faux résistants arrive à l’entrée du chemin qui mène au camp où se trouve Nathan au poste de sentinelle. Ce sont en fait des miliciens. L’un d’entre eux descend du véhicule, s’approche de Nathan et lui arrache son arme. Comprenant la situation il tente de fuir pour prévenir ses camarades mais sera abattu. Les assaillants arrivent donc à la ferme et surprennent les maquisards qui n’ont pas le temps de réagir, ils seront à leur tour abattus.

    le 06/08/2019, Yad Vashem, – Institut International de la Mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à René et Marthe Palaci.

     




    Mis à jour il y a 11 mois.