Dossier n°1391

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1978
Jean Weidner
Année de nomination : 1978
Date de naissance : 22/10/1912
Date de décés : 21/05/1994
Profession : agent commercial néerlandais ,Voyageur-représentant de commerce

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Voyageur-représentant de commerce, Jean Weidner, né à Bruxelles en 1912, était affecté par la firme qu’il représentait au sud de la France et à Genève. Après l’occupation de la Hollande, de la Belgique et de la France, il choisit de s’installer à Lyon et continua à travailler. Dans un premier temps, cet homme profondément religieux qui appartenait à l’Eglise des Adventistes du Septième Jour vint en aide à ses compatriotes hollandais. Cependant, très vite, il se sentit moralement tenu d’aider d’autres malheureux. Il mit sur pied un réseau bientôt appelé Dutch-Paris, qui trouvait des logements, fournissait aux gens traqués par les Allemands ou la police de Vichy de faux papiers d’identité, et quand c’était possible, les faisait passer en Espagne ou en Suisse, pays restés neutres. Le réseau, qui compta jusqu’à trois cent membres, a sauvé un millier de personnes, dont 800 Juifs, plusieurs aviateurs abattus au dessus de la France, des membres du clergé poursuivis par les autorités pour avoir aidé des Juifs ainsi que des réfugiés politiques. M. Rosenthal fut l’un des Juifs qui durent la vie à Jean Weidner. Il avait été interné au camp de Châteauneuf-les-Bains; sa femme, sans ressources, ne pouvait quitter la France avec leur jeune fils. M. Weidner fit en sorte que le prisonnier puisse se rendre, pour des « soins dentaires » dans une ville voisine du camp, le « kidnappa » et le conduisit à Lyon où l’attendaient sa femme et son fils avec des faux papiers d’identité qui leur permirent de passer en Suisse. Recherché par la Gestapo, Jean Weidner fut capturé plusieurs fois, mais réussit toujours à s’évader : une fois en sautant d’un train en marche, une autre en traversant le Rhin à la nage et une fois même en sautant d’une fenêtre du troisième étage, alors que les Allemands s’apprêtaient à l’exécuter.

Le 4 mai 1978, Yad Vashem a décerné à Jean-Henri Weidner le titre de Juste parmi les Nations. 

Henri WEIDNER

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article