Dossier n°14014a - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Mathilde Gauthier Delattre

Année de nomination : 2021
Date de naissance : 31/10/1902
Date de décés : 29/09/1985
Profession :

Localisation Ville : Paris (75017)
Département : Paris
Région : Ile-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Mathilde Gauthier

Léontine Bracchi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gadel Herszbaum, d’origine polonaise, arrive en France en 1925. Il épouse une Française : Yvonne Polowsky. Ils ont deux fils : René, né en 1934 et Daniel né en 1939.

La famille Herszbaum s’installe d’abord 68 rue Saint-Honoré à Paris Ier. En 1935, Gadel s’établit à son compte. Il monte son affaire de Tailleur pour Hommes, 8 rue Saint-Simon Paris VIIème en 1939, boutique, atelier et appartement.

Le 14 mai 19411, lors de la rafle dite du « billet vert », Gadel est arrêté et interné au camp de Pithiviers, d’où il parvient à s’évader. Il rejoint alors sa famille à Paris. Il devra se cacher, notamment dans un box de voiture d’un immeuble voisin pour échapper aux arrestations.

En juillet 1942, Monsieur Doucet, cordonnier rue Paul Louis Courrier – Paris VIIème, apprend par un ami à la Préfecture de Police de Paris, qu’il va être procédé à de vastes rafles de Juifs. Il prévient la famille Herszbaum. Mathilde Gauthier – qui habite en face au 7-9 rue Saint-Simon – va accueillir la famille chez elle pendant plusieurs jours, le temps de la Rafle dite du Vel d’Hiv. Elle prend seule le risque de cacher ces 4 personnes. En tant que soldat français, son époux, Jehan Charles Louis Gauthier est prisonnier en Allemagne et attend la relève. Chez Mathilde Gauthier, cachés derrière les persiennes, Gadel et Yvonne Herszbaum verront les forces de l’ordre procéder aux arrestations dans les immeubles de la rue et venir les chercher au numéro 8. Ils décident alors de quitter Paris pour rejoindre des amis fourreurs dans la Sarthe à Beaufay où ils cherchent refuge.

La famille Herszbaum vit recluse de logements en logements, puis s’installe à l’écart, au milieu des bois, au Château du Chesnay à Torcé en Vallée, où elle loue des pièces. René et Daniel ne vont pas à l’école : c’est Yvonne qui leur apprend à lire et à écrire. Gadel et Yvonne s’approvisionnent dans les fermes avoisinantes moyennant quelques travaux de couture.

Le 18 avril 1943, sur dénonciation, Gadel est arrêté.

De la prison du Mans, il est transféré à Drancy puis à Auschwitz où il sera assassiné. (Convoi 55 départ de Drancy, le 23 juin 1943).

De nationalité française, Yvonne pense ne pas être inquiétée. Elle demeure au château du Chesnay avec ses deux garçons.

Au petit matin, le 26 janvier 1944, René entend le bruit inhabituel de camions qui s’acheminent vers le château. Il réveille sa mère qui habille les deux enfants en toute hâte et les fait fuir par la fenêtre. René 9 ans et Daniel 4 ans, savent qu’ils doivent aller chez Madame Bracchi, une amie de leur mère. Déjà, les soldats allemands frappent à la porte et encerclent la maison.

René et Daniel restent tapis dans les fossés en attendant la nuit, ce 26 janvier 1944. Ils courent alors toquer chez Mme Bracchi à la Thébaïde à Beaufay. Mme Bracchi recueille les deux enfants.

Yvonne est arrêtée à son tour, emmenée au camp d’Auvours, puis Drancy, puis Auschwitz où elle sera assassinée (convoi 68 du 10 février 1944). Mme Bracchi rendra visite à Yvonne au camp d’Auvours. Yvonne saura ses enfants en sécurité.

Mme Bracchi, sachant les enfants recherchés, organise leur sauvetage : elle les habille en filles et les cache de fermes en fermes pendant plusieurs mois.

En septembre 1944, les enfants sont amenés au Château de Méhoncourt qui appartient à l’OSE.

Après-guerre, le conseil de famille désigne Zlama Cherzbaum, le frère aîné de Gadel, tuteur des deux enfants. Daniel et René sont séparés. Daniel va vivre chez son oncle maternel, René chez son oncle paternel. Très vite, Daniel est confié à l’orphelinat Rothschild. A l’âge de 18 ans, Daniel décide de partir vivre en Israël et d’y fonder une famille.

En 1966, ils retrouvent Mme Bracchi qui ne les avait pas oubliés.

Le 16 mars 2021, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Mathilde Gauthier le titre de juste parmi les Nations.

Daniel et René et leur mère Yvonne

Les médias externes :







Mis à jour il y a 1 jour.