Gaston Bourdon
Année de nomination : 2022
Date de naissance : 29/10/1914
Date de décés : 01/03/1974
Profession : Chauffeur-Livreur

Emma Bourdon Macon
Année de nomination : 2022
Date de naissance : 08/12/1917
Date de décés : 28/12/1999
Profession : Sans profession

Localisation Ville : Cachan (94230)
Département : Val-de-Marne
Région : Ile-de-France

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Gaston et Emma Bourdon

Béatrice Klapisch est née à Paris en 1927. Ses parents viennent tous deux de familles juives orthodoxes. Sa mère Hilda Lebrecht est née à Paris en 1899 et son père Joseph Klapisch en Pologne en 1901. Ils se marient à Paris et sont parfaitement intégrés dans la société française. Joseph travaille dans l’entreprise familiale, une usine de salaison et de fumage de poissons et de fabrication de cornichons et de toutes denrées cachères, crée par son père.

Cette usine est située à Cachan dans la région parisienne. Toute la famille loge aussi dans cette usine qui possède des logements et même un lieu de prière où des offices sont organisés pendant les fêtes juives.

Joseph, convoqué par la police française au commissariat de Gentilly, est transféré au camp de Beaune-la-Rolande, il sera déporté le 28 juin 1942 par le convoi 5, et assassiné à Auschwitz. Ses frères sont déjà partis en zone libre, il ne reste dans l’usine que Hilda et ses deux filles Béatrice l’aînée et Paulette la cadette.

La famille était en bonne relation avec leurs voisins la famille Marchais qui leur avait proposé leur aide en cas de soucis.

Un matin de juillet 42, la milice française frappe à la porte de l’usine. Hilda prend ses filles et elles sortent sans bruit par l’arrière de l’usine pour se réfugier chez leurs voisins les Marchais. Le chauffeur de l’usine Gaston Bourdon était parti travailler ailleurs. Il fut alors contacté par la famille Marchais. Avec son camion il se gare à l’arrière de l’usine sans que la milice le voie et amène Hilda et ses filles à son domicile à Cachan non loin de l’usine.

Pendant plusieurs ours Gaston et son épouse Emma vont prendre soin de leurs protégées, Ils vont aussi les conduire chez les grands-parents maternels qui étaient restés à Paris dans le Xème arrondissement. Elles vont toutes les 3 se cachaient sous les ballots de linge sale dans le camion de blanchisserie.

Ils ont ensuite programmé et organisé le passage des 7 membres de la famille qui étaient encore à Paris vers la ligne de démarcation afin que des résistants prennent le relai.

Les parents Klapisch en 1930

 




Mis à jour il y a 1 mois.