Dossier n°14179 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Robert Crespin

Année de nomination : 2022
Date de naissance : 02/11/1895
Date de décès : 30/06/1961
Profession : Abbé

    Localisation Ville : Chalette-sur-Loing (45120)
    Département : Loiret
    Région : Centre-Val de Loire

    L'histoire

    Abbé Robert Crespin

    Abbé Robert Crespin

    Joseph et Esther Kremenstein sont originaire de Pologne. En 1924, Joseph vient à Paris pour étudier à la Sorbonne où il obtient un diplôme en chimie. Esther quant à elle arrive à Paris en 1930 comme jeune fille au pair et enseignante d’anglais pour la fille d’une famille juive, les Posner. Joseph et Esther se marient à la synagogue rue Vauquelin à Paris le 17 mars 1932. En 1933, ils retournent en Pologne pour rendre visite, une dernière fois, à la famille. Leur premier fils Gérard né le 15 juillet 1935 à Paris. En raison du travail de Joseph, ingénieur chimiste dans les laboratoires de l’usine Hutchinson, la famille s’installe à Châlette-sur-Loing, près de Montargis, dans le Loiret. La famille s’agrandit avec un autre fils Arnold en 1939 et Fernand en 1941.

    Le 26 juin 1942, la Gestapo et la police débarquent à leur domicile et arrêtent Joseph sans ménagement, en même temps que d’autres Juifs, et le conduit à Beaune-la-Rolande. Le 28 juin 1942, il est déporté directement à Auschwitz par le convoi 5. Il meurt le 10 août 1942, en moins de sept semaines. Esther se retrouve alors avec ses 3 enfants, sans revenus. Elle demande de l’aide à l’UGIF ainsi qu’à des amis et des voisins.

    En février 1944, l’Abbé Crespin, vicaire de Châlette, prévient Esther KREMENSTEIN et ses trois enfants de l’imminence d’une arrestation par la Gestapo. Suzanne Dress, chargée du bureau de poste, cache Esther et ses enfants dans une maison à Clémont-sur-Sauldre jusqu’à la Libération.

    Après la guerre, ma mère décide de retourner en Angleterre où vit sa famille. Esther en raison du manque d’assistance de sa famille a été obligée de placer ses enfants dans un orphelinat juif, à West Norwood, dans le sud de Londres, en avril 1946.

    L’abbé Crespin a sauvé d’autres juifs voués à une mort certaine. Notamment certains membres de la famille Levinsky.  Jacob et Léa Levinsky sont originaires de Russie.  Après la révolution bolchevique, ils émigrent en Palestine en 1922. Ils se marient à Jérusalem et ont un premier fils Dan en 1926. Jacob vient finir ses études à Toulouse en 1926, et s’installe ensuite comme ingénieur chimiste à Châlette-sur-Loing avec sa famille. Dan et son père sont arrêtés à leur domicile, 135 rue Gambetta à Châlette-sur-Loing, au cours de la première grande rafle de la région de Montargis. D’abord internés quelques jours au camp de Beaune-la-Rolande, ils sont déportés à Auschwitz le 28 juin 1942.

    Léa Levinsky-Kaufman, et son fils Emmanuel âgé de neuf mois, sont arrêtés au cours d’une rafle concernant principalement des enfants restés seuls après la déportation de leurs parents. Ma mère arrive au camp de Beaune-la-Rolande le 10 octobre 1942. Elle est affectée aux baraques 16 bis et 17. Elle est hospitalisée à diverses reprises à l’hôpital de Pithiviers, ainsi qu’à l’hospice de Beaune. Elle quitte le camp de Beaune-la-Rolande par le convoi du 23 mars 1943 à destination du camp de Drancy, puis déportée à Sobibor. L’abbé Crespin, alors curé de Châlette réussit, après des démarches, à venir chercher le bébé pour le confier à une famille. Grâce au dévouement de l’abbé Crespin il a eu la vie sauve.

    Le 11 mai 2022, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah a décerné à Robert Crespin, le titre de Juste parmi les Nations.

     

     

     

     

     

     

     

     




    Mis à jour il y a 3 mois.