Dossier n°14238D - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jules Delidais

Année de nomination : 2022
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Fermier

Reine Delidais Caseaux

Année de nomination : 2022
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Fermière
    Localisation Ville : Ney (39300)
    Département : Jura
    Région : Bourgogne-Franche-Comté

    L'histoire

    Jules Delidais en 1942

    Jules Delidais en 1942

    Frans Joseph et son épouse Erika Hochherr sont des Juifs Allemand qui quittent l’Allemagne en 1936 pour s’établir aux Pays Bas. En janvier 1938 né à Amsterdam leur premier fils Paul et ensuite ils déménagent vers Naarden en 1939, un village proche d’Amsterdam.

    Frans travaille pour l’industrie de fromage jusqu’à la fin de mois de février 1943. Comme le danger se fait de plus en plus sentir, avec l’aide de voisins il se met en contact avec un membre de la résistance à Naarden, qui connait une filière clandestine qui aide des gens à passer en Suisse.

    Le passage de la frontière Pays-Bas/Belgique s’effectue avec l’aide de 2 douaniers Néerlandais (G.W. Kleisen et R. Dalhuisen) et un douanier Belge (O. Gerard). Tous trois ont été reconnus Justes parmi les Nations.

    Par trahison d’un membre de la filière (Piet de Bie), les trois douaniers sont recherchés par la Gestapo. Dalhuisen est capturé et assassiné au camp d’extermination de Bergen Belsen; Kleisen réussit à s’enfuir et continue son travail dans la résistance, avant d’être capturé et ensuite fusillé  par les Allemand ; Gerard est averti en temps utile et se cache jusqu’à la fin de la guerre.

    Après le passage clandestin de la frontière, Gerard amène la famille Joseph jusqu’à Anvers pour les confier à un autre passeur (Viechard). Rendez-vous manqué car ils arrivent trop tard au lieu du rendez-vous.

    Frans prend alors la décision d’aller à Bruxelles où il connait une famille en qui il avait confiance et Gerard, qui les a accompagnés jusqu’à Bruxelles, retourne vers son domicile proche de la frontière Néerlandaise en promettant de rétablir le contact avec des passeurs pour les conduire vers la France.

    Quelques jours après, Gerard envoie un télégramme à Bruxelles : « envoyé les trois paquets » et la famille Joseph part tout de suite pour Anvers. En effet, à la gare centrale d’Anvers ils rencontrent un nouveau passeur qui va les accompagner en France, Gare du Nord, via un train de nuit. Le voyage se passe sans incidences. Ensuite transfert dans le métro pour Gare de Lyon pour embarquer pour  Montereau ; ce qui était la fin de l’étape de ce passeur sur la ligne Anvers/Montereau. Puis un rendez-vous avec un nouveau passeur qui les conduit vers Champagnole (proche la ligne de démarcation) dans le Jura.

    Le soir même un nouveau passeur va les conduire au-delà de la ligne de démarcation. Pendant ce transfert de quelques kilomètres à travers les champs ils arrivent à la ferme de Jules Délidais dans le village de Ney où ils passent la nuit du 9 mars 1943

    Jules Délidais les informe que depuis le 1 mars dernier, la ligne de démarcation n’existe plus et que les Allemands ont occupé toute la France. Il nous avise de rester encore quelques jours afin d’établir un nouveau plan de sauvetage et de faire faire des fausses cartes d’identité. Ils vont en définitif y rester plus de trois semaines.

    Le 1 avril 1943, ils vont traverser clandestinement la Laire, un fleuve qui sépare la France et la Suisse mais sont arrêtés par la Gendarmerie Frontière Suisse qui va les interroger. Comme réfugiés juifs et apatrides, ils sont internés en Suisse jusqu’à mi-avril 1945. En novembre 1945 ils sont rapatrié au Pays Bas.

    Le 11 juillet 2022, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah, a décerné à Jules et Reine Delidais, le titre de Juste parmi les Nations.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     




    Mis à jour il y a 8 mois.