Dossier n°14348 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Stanislas Despres

Année de nomination : 2024
Date de naissance : 11/02/1900
Date de décès : 20/09/1974
Profession :

Marie Despres Davenel

Année de nomination : 2024
Date de naissance : 13/11/1906
Date de décès : 14/05/1984
Profession :
    Localisation Ville : Châtillon-sur-Indre (36700)
    Département : Indre
    Région : Centre-Val de Loire

    L'histoire

    Stanislas Despres

    Stanislas Despres

    A la suite de l’invasion de la Belgique par les Allemands en mai 1940, environ 150 réfugiés arrivent au village de Vicq après un long périple sous les bombardements incessants.   Parmi eux, Berl Rosenblith, 38 ans, né en 1902 à Dynow (Pologne), son épouse Machla née Poller-Stricker, 35 ans, en 1905 à Sierakisce (Pologne) et leurs filles Louiza 9 ans née le 24 juillet 1931 à Anvers et Béatrice Marianne née le 15 août 1940 à l’hôpital d’Ebreuil (03).  Berl ROSENBLITH est arrêté le 18 juin 1941 et transféré dans un Groupe de Travailleurs Etrangers de Soudeilles (Corrèze). Il est ensuite transféré le 27 août au camp d’internement de Nexon d’où il part pour Drancy. Il sera déporté à Auschwitz le 31 août 1942 par le convoi N° 26.  Pendant ce temps, Machla et ses deux filles Louiza et Béatrice se sont installées à l’extérieur du village. Début septembre 1942, Machla décide d’envoyer ses enfants à Broût-Vernet.   Le 24 septembre, se rendant à cette destination, elle a rendez-vous à la gare de Limoges avec un membre du personnel de la Pouponnière de Limoges gérée par l’O.S.E. Elle descend du train et lui remet Béatrice comme convenu.  C’est au moment où elle retourne à son train qu’elle est arrêtée et internée au camp de Nexon. Le 29 septembre, elle va être transférée au camp de Rivesaltes, puis le 5 octobre part pour Drancy d’où elle est déportée à Auschwitz le 4 novembre 1942 par le convoi N° 40.  Béatrice n’effectue qu’un bref séjour à la Pouponnière rue Varlin à Limoges. En effet, devant la menace d’arrestations des jeunes enfants sous le prétexte fallacieux de « regroupement familial » le directeur, le Docteur Gaston LÉVY, va solliciter l’aide du préfet et l’obtenir. Les enfants sont alors répartis dans trois villages de l’Indre. Béatrice est quant à elle, d’abord cachée le 15 décembre 1942 par le circuit clandestin Garel dans l’Indre avant d’être placée chez Stanislas et Marie DESPRES, à Châtillon-sur-Indre jusqu’à la fin de la guerre. Betty est choyée dans cette famille et est considérée comme la quatrième fille de la famille.  Elle a été inscrite pendant cette période à la garderie de l’école Saint Joseph de 1943 à 1945 sous le nom de Béatrice Rosent.   Elle quitte Châtillon sur Indre le 7 mars 1945.   Béatrice rejoindra sa sœur grâce à l’OSE. Toutes les deux partent en octobre 1945 à Anvers chez leur tante. Le 21 août 1947, elles émigrent à New York. Elles vont aller vivre chez leur tante paternelle.   Betty devenue épouse Blass, est revenue sur les traces de son passé à Châtillon sur Indre dans les années 90 et a pu rencontrer Édith Despres, une des filles de Stanislas et Marie.   En mai 2010, elle s’est rendue à Vicq avec sa sœur aînée Lucie Carson. Les liens avec la famille Despres perdurent encore aujourd’hui.

    Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah a décerné à Stanislas et Marie Despres, le titre de Juste parmi les Nations. 

     

     




    Mis à jour il y a 2 mois.