Dossier n°1506

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1978
Alphonse Puech
Année de nomination : 1978
Date de naissance : 19/01/1887
Date de décés : 25/09/1981
Profession : Marchand tailleur

Localisation Ville : Figéac (46100)
Département : Lot
Région : Occitanie

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 20 Octobre 1980

L'histoire

Alphonse Puech était tailleur à Figeac (Lot). Mobilisé en 1914, il fit la connaissance d’un soldat juif nommé André Vormus et les deux hommes gardèrent le contact après la guerre. En 1943, lorsque la situation des Juifs de Paris devint intenable, Alphonse offrit à son ami André l’hospitalité à Figeac. Mais André, qui avait près de soixante ans, ne voulut pas quitter sa maison et sa famille. Il accepta l’invitation pour Jean-Claude Lajeunesse, le fils de sa soeur qui avait épousé son associé. Agé de 18 ans, le jeune homme était en classe terminale. Alphonse l’accueillit à bras ouverts, lui procura de faux papiers et l’inscrivit sous un faux nom au collège catholique de la ville où il put terminer son année scolaire et passer le baccalauréat. Ensuite, Alphonse lui obtint une dérogation, de sorte qu’il put suivre, par correspondance, les cours de la Faculté de Droit de Toulouse. André Vormus et son associé Lajeunesse furent arrêtés lors d’un voyage d’affaires à Brive. Internés à Drancy, ils furent déportés vers les camps de l’est. Une autre soeur d’André, Victorine Lévy, demanda alors l’aide d’Alphonse Puech pour elle et pour sa fille. Bien qu’hébergeant déjà le professeur Simon Blum et sa femme Yvonne, née Vormus, il accepta de les recueillir. Les réfugiés se trouvaient tous à Figeac chez les Puech le 12 mai 1944, lorsque la division allemande Das Reich opéra une rafle massive de Juifs. Seul Jean-Claude, qui était sorti ce jour là, fut arrêté; il fut déporté à Auschwitz avec plusieurs autres étudiants. Victorine, sa fille et les Blum se trouvaient à l’abri chez Alphonse Puech, où ils vécurent jusqu’à la Libération, malgré le danger et les difficultés. Notamment d’approvisionnement, car les fugitifs n’avaient pas de cartes d’alimentation. Alphonse assura néanmoins leur subsistance. Jean-Claude eut la chance de survivre à Auschwitz et de retrouver sa famille après la guerre.

Le 28 novembre 1978, Yad Vashem a décerné à Alphonse Puech, qui venait d’avoir 97 ans, le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article