Dossier n°1760 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Aimée-Marie Eléonore Lallement

Année de nomination : 1980
Date de naissance : 16/08/1898
Date de décés : 11/09/1988
Profession : Institutrice

Localisation Ville : Reims (51100)
Département : Marne
Région : Grand-Est

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

L'histoire

Aimée Lallement

Née en 1898, Aimée Marie Lallement habitait Reims (Marne). Lorsque la région fut occupée par les Allemands, elle donna un trousseau de clés à Georges Simon, un Juif qui était l’ami de son père, pour lui permettre de se cacher chez elle en cas de besoin. Malheureusement, il n’eut pas le temps d’en faire usage : il fut parmi les premiers juifs de la ville arrêtés et déportés. Aimée Marie décida alors de rendre visite tous les jours à Albertine Weil (veuve Simon), la mère de Georges, désormais toute seule. Un jour, elle rencontra chez la vieille dame Jankel Przedborg, qui avait eu quinze ans en 1940. Sa sœur avait été arrêtée alors qu’elle tentait de franchir la ligne de démarcation, et en juillet 1942, ce fut au tour de sa mère d’être arrêtée lors de la grande rafle, puis déportée. En octobre de la même année, Jankel et son père furent avertis qu’on allait les arrêter. L’adolescent fit appel à Aimée Marie, qui lui offrit l’hospitalité et suggéra que son père aille se cacher dans sa maison de campagne, à une douzaine de kilomètres de Reims. M. Przedborg, croyant qu’il pourrait retrouver sa femme et sa fille en Allemagne, refusa. Quelques jours plus tard il fut arrêté et déporté. Aimée Marie donna asile à Jankel, partageant avec lui ses maigres rations. Du printemps à l’hiver, ils allaient vivre dans la maison de campagne; elle y cultivait des légumes et il était plus facile de trouver du ravitaillement. Pour ne pas risquer d’être dénoncé, l’adolescent se laissa pousser les cheveux et se fit passer pour le jardinier. Aucun des dix-huit membres de la famille Przedborg ne rentra de déportation. En octobre 1956 Anne Marie adopta Jankel dont elle fit son héritier.

Le 3 janvier 1980, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah,  a décerné à Aimée Marie Lallement le titre de Juste parmi les Nations.

 




Mis à jour il y a 5 mois.