Dossier n°1926

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1980
Paulette Loire Girard
Année de nomination : 1980
Date de naissance : 23/08/1913
Date de décés : 20/02/2002
Profession :

Localisation Ville : Roanne (42300)
Département : Loire
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Paulette LOIRE

Paulette Loire, née Girard, de condition modeste, habite à Roanne.

Son mari est prisonnier de guerre en Allemagne.

Henri Lévi, né à Strasbourg en 1913, était membre actif des Eclaireurs Israélites de France, chef du groupe de Roanne, et de l’UGIF (Union Générale des Israélites de France). L’UGIF avait été créée par Vichy, par la loi du 29 novembre 1941 et placée sous la tutelle du Commissariat Général aux Questions juives, afin de faciliter l’application des lois antijuives. Henri Lévi se servait de sa position pour saboter cette législation, aidé de son épouse, Denise, et de son frère, Jean.

Lorsque Paulette Loire rencontra Henri Lévi, elle prit la décision de venir en aide aux Juifs pourchassés et persécutés.
Henri cherchait notamment des familles d’accueil pour des enfants à la campagne, qu’il s’efforce ensuite d’aller visiter tous les mois. Paulette Loire commença à l’accompagner dans ses tournées.

Henri Lévi, 30 ans, et sa femme Denise, 23 ans, enceinte de 7 mois, sont arrêtés parce que Juifs par la Gestapo sur le pont de Tain-l’Hermitage le 15 juin 1943 et transféré à Drancy. Leur fils Jean-Michel naît au camp de Drancy le 24 septembre 1943. Ils seront tous les trois déportés sans retour de Drancy vers Auschwitz le 20 novembre 1943 par la convoi n° 62 et gazés le 25 novembre 1943.

Paulette Loire continue alors son oeuvre avec Jean Lévi, le frère d’Henri.
Lorsqu’elle ne parvient pas à toruver des familles d’accueil, elle héberge temporairement les familles en détresse.

Jean Lévi travaillait avec un autre résistant, Ernest Moszer. Ils sont tous les deux arrêtés alors qu’ils rentraient de Lyon avec une sacoche remplie d’outils de faussaires destinée à la fabrication des faux papiers.
Ils furent remis en liberté le 22 juin 1944 et Paulette Loire* leur offrit l’hospitalité.

Malheureusement, Ernest Moszer décida de retourner à Lyon où il fut arrêté et déporté sans retour.

Paulette a sauvé une dizaine de vies.

Le 20 novembre 1980, L’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à madame Paulette Loire.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes




Mis à jour il y a 11 mois.