Dossier n°2290 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1982

Rita Breton

Année de nomination : 1982
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Médecin

Localisation Ville : Paris (75020)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Rita Breton
Pendant l’occupation, Rita Breton, médecin, prit la décision de se consacrer au salut des enfants juifs et se mit à la disposition de l’OSE. Ce faisant, elle prenait de grands risques, car beaucoup de gens étaient au courant de ses activités. Grâce à ses contacts avec un certain nombre de secrétaires de mairie en grande banlieue et avec les réseaux clandestins en France, elle parvenait à se procurer de faux papiers d’identité et des cartes d’alimentation pour les enfants. Ces derniers étaient ensuite dispersés à travers le pays et confiés à des familles d’accueil qui ignoraient que ces enfants étaient juifs : on leur disait simplement qu’ils souffraient de malnutrition. Le Dr. Breton rémunérait les familles avec l’argent que lui donnait l’OSE. Elle se servait également de ses contacts avec les directeurs d’école pour faire inscrire les petits réfugiés. Elle continuait ensuite à superviser les enfants et leur rendait parfois visite. Près de deux cents enfants doivent la vie à Rita Breton. Parmi eux, Henri et Jacques Morgenstern. Leur mère ayant entendu parler de son action en faveur des enfants juifs lui remit les petits, âgés respectivement de six et neuf ans, à l’été 1943. Après la Libération, le Dr. Breton continua à travailler avec l’OSE pour rendre les enfants à la communauté juive. Son souvenir est gravé dans le coeur de tous les enfants juifs qu’elle sauva. Elle secourut aussi des adultes, et  l’on sait que dans un cas au moins elle fit admettre une femme juive malade à l’hôpital sous un faux nom et l’y soigna jusqu’à ce qu’elle fut complétement rétablie.

Le 3 juin 1982, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné au docteur Rita Breton le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article