Dossier n°2291 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1982

Charles Chatelin

Année de nomination : 1982
Date de naissance : 22/05/1884
Date de décés : 30/01/1948
Profession : Neurologue

Marie-Louise Chatelin

Année de nomination : 1982
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : PĂ©diatre

Localisation Ville : Paris (75013)
DĂ©partement : Paris
RĂ©gion : ĂŽle-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Chatelin Charles
 

Chatelin Marie-Louise
Charles et Marie-Louise Chatelin vivaient avec leurs cinq enfants dans un vaste appartement de 13 pièces Ă  Paris. Charles, radiologue, travaillait avec Marie-Louise, qui Ă©tait pĂ©diatre, bĂ©nĂ©vole au dispensaire Ă  la Goutte de Lait Ă  Belleville. Le 25 mars 1944, DorothĂ©e Morgenstern se prĂ©senta au dispensaire avec Françoise, son bĂ©bĂ© de six semaines. La pĂ©diatre connaissait DorothĂ©e depuis une quinzaine d’annĂ©es, pour s’ĂŞtre occupĂ©e de ses deux fils aĂ®nĂ©s. Madame Morgenstern lui raconta que son mari avait Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© en octobre 1943 par la police française, puis dĂ©portĂ© vers l’est. Elle se retrouvait seule, enceinte, avec ses deux garçons. Ces deux adolescents avaient Ă©tĂ© pris en charge par la docteur Rita Breton (q.v.) et cachĂ©s dans une famille adoptive en Normandie. DorothĂ©e Ă©tait restĂ©e Ă  Paris avec le nouveau-nĂ©. Le Dr Chatelin comprit tout de suite que la jeune mère et son bĂ©bĂ© risquaient d’ĂŞtre arrĂŞtĂ©es et leur proposa immĂ©diatement une pièce dans son grand appartement. Elles y restèrent jusqu’Ă  la LibĂ©ration Ă  la fin du mois d’aoĂ»t. Dans sa dĂ©position faite après la guerre, DorothĂ©e Morgenstern rapporta que les Chatelin l’avaient traitĂ©e avec chaleur et sympathie comme si elle faisait partie de la famille et n’avaient rien demandĂ© en contrepartie. Elle mentionna tout spĂ©cialement les soins attentifs de Marie-Louise, qu’elle qualifie de « sainte ». Les deux familles restèrent en excellents termes après la guerre, et les enfants continuèrent Ă  se frĂ©quenter après le dĂ©cès de Charles et de sa femme.

Le 3 juin 1982, l’institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Charles et Marie-Louise Chatelin le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article