Dossier n°3012 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Gilbert Lesage

Année de nomination : 1985
Date de naissance : 19/05/1910
Date de décès : 07/11/1989
Profession : Objecteur de conscience, chef du service social des étrangers, fonctionnaire
    Localisation Ville : Vénissieux (69200)
    Département : Rhône
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Jeune homme, Gilbert Lesage est objecteur de conscience. C’est un membre actif de l’association des Quakers qui l’envoie en Allemagne dans les années 1930. Déjà à cette époque, il est sensible au sort réservé aux Juifs persécutés. Néanmoins pendant l’été 1940, Gilbert Lesage, démobilisé, décide d’offrir ses services au Régime de Vichy et il est nommé à la tête du SSE (Service Social des Etrangers) pendant 4 ans. Cet organisme s’occupe de réduire le chômage mais va prendre en main la destinée de milliers d’étrangers dont des juifs voués à une mort certaine.

    En août 1942, quand les autorités françaises dans le sud de la France commencent les rafles de Juifs et les livrent aux Allemands, Gilbert Lesage fait partie de ceux chargés de sélectionner les personnes dites « déportables » selon les directives du secrétaire général de la police. Gilbert Lesage désobéit aux ordres et prévient secrètement des familles juives et d’autres organisations de rafles imminentes, permettant de cacher de nombreux enfants qui doivent être déportés.

    Quand Bousquet supprime toutes les exceptions de déportation, Lesage ignore aussi cet ordre et envoie aux fonctionnaires chargés de la sélection une note d’instruction exemptant tout enfant âgé de moins de quinze ans. Il dirige personnellement le processus de sélection au camp de Vénissieux près de Lyon et libère ainsi 108 enfants juifs. Ses subordonnés en font de même dans d’autres lieux où les Juifs sont internés, près des villes de Mâcon, Clermont-Ferrand, Limoges et Montluçon. Les officiers de police rapportent ce fait à Bousquet et Gilbert Lesage est alors soupçonné d’empêcher les opérations de regroupement de différentes catégories d’étrangers.

    Il est arrêté le 8 avril 1944 et le SSE est supprimé en juin. Lesage reste en prison jusqu’à la libération de la France. Contrairement aux autres fonctionnaires, Gilbert Lesage a eu le courage d’utiliser son pouvoir en combattant la police de Vichy et de préserver ainsi la dignité humaine.

    Le 14 janvier 1985, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah, a décerné à Gilbert Lesage le titre de Juste parmi les Nations.

     




    Mis à jour il y a 6 mois.