Dossier n°3133 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplĂŽme d'honneur ainsi qu'une mĂ©daille sur laquelle est gravĂ©e cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’IsraĂ«l. Au 1er janvier 2021, le titre avait Ă©tĂ© dĂ©cernĂ© Ă  27921 personnes Ă  travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermĂ© car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de tĂ©moignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanitĂ©. En effet, tous ont considĂ©rĂ© n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modĂšles aux nouvelles gĂ©nĂ©rations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1985

Alban Fort

Année de nomination : 1985
Date de naissance : 07/02/1911
Date de décés : 25/05/1983
Profession : Fondateur d’un Ă©tablissement pour enfants orphelins ou sans foyer « le Rayon de Soleil »

Germaine Fort Long

Année de nomination : 1985
Date de naissance : 31/01/1911
Date de décés : //
Profession : Fondatrice d’un Ă©tablissement pour enfants orphelins ou sans foyer « le Rayon de Soleil »

Localisation Ville : Cannes (6400)
DĂ©partement : Alpes-Maritimes
RĂ©gion : Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur

L'histoire

Alban et Germaine Fort vivaient Ă  Cannes, En 1935, ce couple catholique fonda « Rayon de Soleil », un Ă©tablissement pour enfants orphelins ou sans foyer, dans une villa de la pĂ©riphĂ©rie. De quarante Ă  soixante enfants y recevaient des soins dĂ©vouĂ©s dans une atmosphĂšre chaleureuse. Pendant la guerre et au mĂ©pris du danger, le couple Fort accepta d’abriter de petits rĂ©fugiĂ©s juifs orphelins, qui avaient beaucoup souffert. Les opĂ©rations de sauvetage Ă©taient organisĂ©es par les Abadi, un couple juif de Nice, qui bĂ©nĂ©ficiait du soutien actif de l’Ă©vĂȘque de la ville, Paul RĂ©mond (q.v). C’est ainsi qu’en novembre 1942 Alban et Germaine Fort accueillirent 33 enfants juifs au Rayon de Soleil. Ils avaient de faux papiers et vĂ©curent au foyer pendant de longues pĂ©riodes : certains s’y trouvaient encore lorsque Cannes fut libĂ©rĂ©e en aoĂ»t 1944. Les petits Juifs frĂ©quentaient l’Ă©cole et obtinrent leur certificat d’Ă©tudes primaires comme les autres enfants. Julien et Georges Engel faisaient parti de ce groupe. Leurs parents, des Juifs de Pologne, avaient vĂ©cu pendant plusieurs annĂ©es en Allemagne avant d’Ă©migrer en Belgique au dĂ©but des annĂ©es trente. Lorsque ce pays fut envahi en mai 1940, ils se rĂ©fugiĂšrent en France et s’installĂšrent Ă  Nice oĂč ils avaient des parents. En novembre 1942, les Allemands Ă©tendirent leur occupation Ă  toute la France, mais Nice fut placĂ©e sous contrĂŽle italien. Les Engel tentĂšrent de s’enfuir en Suisse. ArrĂȘtĂ©s, ils furent expĂ©diĂ©s au camp de concentration de Rivesaltes. Les enfants furent sĂ©parĂ©s de leurs parents et envoyĂ©s deux semaines plus tard dans un foyer prĂšs de Toulouse. Au dĂ©but de 1943 ils retournĂšrent chez une tante Ă  Nice. En septembre de la mĂȘme annĂ©e, les Allemands entrĂšrent dans la ville et commencĂšrent Ă  pourchasser les Juifs – non seulement Ă©trangers, mais aussi de nationalitĂ© française. La tante des enfants fut arrĂȘtĂ©e par les gendarmes français et Julien et Georges se retrouvĂšrent une nouvelle fois sans abri. GrĂące Ă  un voisin compatissant et au rĂ©seau que soutenait l’Ă©vĂȘque RĂ©mond, ils arrivĂšrent au Rayon de Soleil. Ils devaient y sĂ©journer trois ans. En 1946, ils Ă©migrĂšrent aux Etats-Unis oĂč des parents les adoptĂšrent. Serge Cymerman lui aussi dut la vie Ă  Alban et Germaine Fort. ArrivĂ© en janvier 1944 aprĂšs l’arrestation de son pĂšre (qui fut dĂ©portĂ© Ă  Auschwitz), il vĂ©cut au foyer, sous le nom de Serge Castel, jusqu’Ă  la LibĂ©ration. AprĂšs la guerre, nombre des enfants restĂšrent en contact avec les Fort. Julien et Georges Engel, qui habitaient Ă  Washington, vinrent plusieurs fois rendre visite Ă  leurs sauveteurs, qui Ă  leur tour allĂšrent les voir aux Etats-Unis.

Le 28 fĂ©vrier 1985, l’institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Alban et Germaine Fort le titre de Juste parmi les Nations.

Alban Fort (premier Ă  gauche) et Germaine Fort

Le témoignage

En 1935, Monsieur et MadmeAlban Fort fondent, à  Cannes, une maison d’accueil pour enfants isolĂ©s ou en difficultĂ©. Parmi ces nombreux enfants, trente-trois petits israĂ©lites sont ainsi recueillis. Deux s’y trouvaient avant la guerre. Les autres sont arrives  Ă  compter du 1er novembre 1942, la plupart sous une identitĂ© d’emprunt. Quelques-uns uns ont quittĂ© le  foyer du Rayon de Soleil dans le courant de l’annĂ©e 1943. D ‘autre y demeurent jusqu’à la libĂ©ration de Cannes, consĂ©cutive du dĂ©barquement alliĂ© du 15 aoĂ»t 1944. 

Certains ont longtemps conservĂ© avec le couple Fort des relations suivies et chaleureuses. C’est eux qui se sont souvenus que, qu milieu des enfants, Germaine FORT et son mari n’avait pas hĂ©sitĂ©s Ă  cacher des adultes israĂ©lites, soit pour un asile temporaire, soit pour leur Ă©tablir de nouveaux papiers d’identitĂ©.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes