Raymond Viadieu
Année de nomination : 1985
Date de naissance : 29/09/1911
Date de décés : 02/05/1988
Profession : Chef de bataillon dans l’armée française

Localisation Ville : Toulouse (31000)
Département : Haute-Garonne
Région : Occitanie

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies



    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Lorsque Raymond Viadieu, commandant de bataillon dans l’armée française, fut démobilisé après la défaite, il rentra à Toulouse (Haute-Garonne) et se lança à fond dans la Résistance. Il devint la providence de bien des persécutés, dont de nombreux Juifs, et accomplit une série d’exploits qui le rendirent célèbre à travers tout le Languedoc sous son nom de guerre, « Vira ». Il réussit notamment à mettre la main sur le dossier des lettres de dénonciation à la grande poste de Toulouse, ce qui lui permit de prévenir aussitôt les personnes visées, notamment la famille Folus, qui put ainsi se cacher et échapper à l’arrestation et à la déportation. Il procura de faux papiers d’identité et des cartes d’alimentation à plusieurs Juifs, ce qui leur permit de tenir jusqu’à la Libération. Le réseau qu’il dirigeait lança un raid sur la prison-hospice de la Grave, délivrant dix-sept prisonniers, des Juifs pour la plupart, qu’il emmenait en camion à son quartier général. Voyant le colonel Madier, un Juif, arrêté dans la rue, Raymond Viadieu sauta sur le policier et lui arracha sa proie. Pendant toute l’occupation il aida des Juifs à franchir illégalement la frontière espagnole. Les Allemands avaient mis sa tête à prix.

    Le 29 avril 1985, Yad Vashem- Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Raymond Viadieu le titre de Juste parmi les Nations. 




    Mis à jour il y a 12 mois.