Dossier n°316 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marie-Amédée Folliet

Année de nomination : 1967
Date de naissance : 30/03/1891
Date de décés : 01/01/1984
Profession : Père, curé de la paroisse de saint-Joseph-des-Fins à Annecy

Localisation Ville : Annecy (74000)
DĂ©partement : Haute-Savoie
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

Le père Marie-AmĂ©dĂ©e Folliet Ă©tait le curĂ© de la paroisse de St.Joseph des Fins Ă  Annecy en Haute-Savoie. Il faisait Ă©galement de la RĂ©sistance et, sans se soucier des graves dangers qu’il courait, venait en aide aux Juifs, aux rĂ©fugiĂ©s et Ă  tous les ennemis du rĂ©gime nazi. Dans leur tĂ©moignage après la guerre, deux rĂ©fugiĂ©s juifs allemands, Élisabeth et Albert Bach, racontent comment, en automne 1942, ils s’Ă©taient enfuis pour Ă©chapper Ă  la dĂ©portation et Ă©taient arrivĂ©s Ă  Annecy. Ils s’Ă©taient adressĂ©s au père Marie-AmĂ©dĂ©e, qui les cacha et les nourrit pendant de nombreux jours, les sauvant ainsi des dĂ©nonciateurs toujours Ă  l’affĂ»t de Juifs. Les Bach voulaient tenter de passer en Suisse par les sentiers de montagne mais le prĂŞtre les en dissuada car c’était trop pĂ©rilleux. Il leur trouva un asile dans le village de Nazaire de Bourgogne, un lieu relativement sĂ»r et oĂą ils pouvaient compter sur l’aide de rĂ©sistants français en cas de besoin. Élisabeth et Albert Bach soulignent encore que le prĂŞtre professait l’amour de la Bible et des Juifs. Il se montrait chaleureux vis-Ă -vis de ceux qu’il aidait si courageusement et efficacement. Il poursuivit ses activitĂ©s sans flĂ©chir jusqu’au jour oĂą, comme elles avaient Ă©tĂ© dĂ©couvertes, il fut arrĂŞtĂ©. DĂ©portĂ© dans un camp de concentration en Allemagne, il tomba gravement malade mais survĂ©cut. A son retour en France il passa de longues annĂ©es Ă  l’hĂ´pital.

Le 21 fĂ©vrier 1967, Yad Vashem – Institut International pour la MĂ©moire de la Shoah, a dĂ©cernĂ© au chanoine Marie-AmĂ©dĂ©e Folliet le titre de Juste parmi les Nations. 

Les médias externes :