Dossier n°3218

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1985
Albonéa Cyferman Balboni
Année de nomination : 1985
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Employée

Localisation Ville : Paris (75004)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Albonéa Loeffert, une veuve originaire d’Italie, habitait à Paris. Pendant la guerre, elle travaillait chez Charles Cyferman, un Juif polonais qui vivait seul avec ses deux jeunes enfants.

En 1939, Charles Cyferman s’engagea dans l’armée française et confia ses enfants à Albonéa Loeffert. Après l’armistice, Charles Cyferman fut démobilisé et retourna chez lui à Paris.

Quand les rafles de Juifs commencèrent à Paris, Albonéa Loeffert aida Charles Cyferman à franchir la ligne de démarcation près de Bourges, mettant ainsi en danger sa vie. Charles arriva à Issoudun, où il vécut pendant un mois jusqu’au moment où les Allemands entrèrent dans la ville en novembre 1942. Charles décida alors de retourner à Paris. Albonéa l’aida une fois de plus en se rendant à Lyon où elle réussit à obtenir des faux papiers et une carte d’alimentation pour lui. Charles rejoignit son appartement et chaque fois que quelqu’un sonnait à la porte, il se réfugiait dans une cachette qu’il avait aménagée. Albonéa, sa mère et sa fille vivaient dans le même appartement et Albonéa qui mettait la vie de sa famille en danger s’occupa aussi des tâches ménagères de la famille Cyferman.

Albonéa Loeffert prenait de gros risques à aider ainsi les Cyferman. Elle aida aussi d’autres Juifs à traverser la ligne de démarcation. En 1941, elle aida Baruch Cyferman à passer en zone libre et quand la police allemande l’arrêta, elle réussit à le faire sortir de prison en faisant jouer sa nationalité italienne.

Albonéa Loeffert aida aussi Leib Drumlewicz à passer la ligne de démarcation jusqu’en zone libre. Pendant toute cette période, Albonéa s’occupa de sa mère, de sa fille et également des deux enfants de Charles Cyferman, qu’elle épousa plus tard.

Le 4 juin 1985, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Albonéa Loeffert-Cyferman.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article