Pierre Robert De Saint Vincent
Année de nomination : 1993
Date de naissance : 24/11/1882
Date de décés : //
Profession : Gouverneur militaire,Membre de l’Amitié Chrétienne Membre de l’Armée secrète

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

    Date de Cérémonie de reconnaissance: 28 Juin 1995


    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Général Pierre Robert de Saint Vincent

    En 1942, le général Pierre Robert de Saint Vincent était Gouverneur militaire de la place de Lyon. Il fut aussi, dès le départ, l’un des piliers de l’ »Amitié chrétienne », œuvre fondée dans cette ville pour aider les Juifs persécutés par le régime de Vichy et qui comptait parmi ses membres des personnalités de haut rang telles que le cardinal Gerlier (q.v.) et le pasteur Boegner (q.v.). Le général faisait également partie de l’organisation clandestine Armée Secrète (AS). A ce titre, il participa à l’évasion du général Giraud, qui avait réussi à s’échapper de la prison où l’avait incarcéré les Allemands : il était recherché tant par ceux-ci, que par les autorités de Vichy qui l’accusaient de trahison. Pierre Robert de Saint Vincent l’aida à se cacher jusqu’à ce qu’il puisse quitter la France pour gagner l’Afrique du Nord. Le 29 août 1942, le général reçut l’ordre d’envoyer un détachement à la gare de Lyon-Perrache pour prévenir des troubles lors de l’embarquement de 550 Juifs à destination de Drancy, d’où ils devaient être déportés vers les camps de la mort. Il refusa fermement, déclarant que jamais ses hommes ne participeraient à une telle opération. Par suite, le départ ne put avoir lieu que le lendemain, et ce délai permit à un certain nombre de Juifs de s’enfuir et d’échapper ainsi à la déportation. Le général fut immédiatement mis à la retraite d’office par les autorités de Vichy. Lorsque les Allemands occupèrent la zone sud en novembre 1942, il dut se cacher pour leur échapper. Il trouva refuge sous un faux nom à Grenoble, puis à Nice. Le général avait risqué sa vie en mettant la justice et la dignité au dessus du devoir d’obéissance aux ordres de ses supérieurs.

    Le 24 juin 1993, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné au général Pierre Robert de Saint Vincent le titre de Juste parmi les Nations. 

    Documents annexes

    LE GÉNÉRAL DE C.A. ROBERT DE SAINT VINCENT LE GÉNÉRAL DE C.A. ROBERT DE SAINT VINCENT
    ETAT SIGNALETIQUE DES SERVICES DU GENERAL DE CORPS D'ARMEE PIERRE ROBERT DE SAINT VINCENT ÉTAT SIGNALÉTIQUE DES SERVICES DU GÉNÉRAL DE CORPS D’ARMÉE PIERRE ROBERT DE SAINT VINCENT
    L'exemplarité du général Pierre Robert de Saint Vincent L’exemplarité du général Pierre Robert de Saint Vincent



    Mis à jour il y a 3 mois.