Dossier n°3758

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1988
Adulphe Bennezon
Année de nomination : 1988
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Paris (75000)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Adolphe Bennezon, qui avait été fait prisonnier de guerre, s’échappa de son stalag en 1940 et rentra à Paris. En 1942 il se lia d’amitié avec Rachel Kirszbaum, réfugiée juive de Pologne, qui habitait la capitale française avec sa famille. Au mois de juillet de cette même année, ayant appris par des gendarmes français la date des grandes rafles anti-juives prévues dans la ville, il persuada la jeune femme de s’enfuir immédiatement. Grâce à ses activités dans la clandestinité, il réussit à procurer de faux papiers d’identité et des cartes d’alimentation à Rachel, sa mère Rejla et son frère Lucien. Rejla Kirszbaum, qui avait alors quarante-quatre ans, ne parlait pas un mot de français; Adulphe lui couvrit le visage de pansements badigeonnés à la teinture d’iode pour lui donner l’apparence d’une blessée incapable de parler. Puis il accompagna lui même la famille jusqu’à Perpignan, où elle resta cachée jusqu’à la fin de l’Occupation. Encouragé par son succès, le jeune homme décida deux mois plus tard d’escorter deux cousins de Rachel vers la zone sud pour les y mettre en sécurité. Cette fois, le voyage faillit se terminer en catastrophe. Au point de passage de Saint Sever, leurs papiers furent contrôlés; Adulphe attira les soupçons par ses cheveux bouclés et ses papiers furent longuement examinés. Finalement on les laissa passer et continuer leur chemin vers Perpignan. En 1943, il apprit que la police française s’apprétait à déclencher une rafle dans les hôpitaux de Paris pour arrêter les malades juifs et les déporter. Il se précipita dans l’un des hôpitaux et « kidnappa » Micheline et Jacques Rozenfarb, deux enfants juifs hospitalisés en pédiatrie. Il les remit à leurs parents qui purent s’enfuir avec eux vers le sud. En juin 1944, la Gestapo arrêta Bennezon et le déporta au camp de concentration de Neuengamme. Il réussit à s’en échapper après un bombardement allié. En 1946 il épousa Rachel Kirzbaum.

Le 21 janvier 1988, Yad Vashem a décerné à Adolphe Bennezon le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article