Dossier n°3899

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1988
Eugénie May Bayle
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 04/01/1895
Date de décés : 14/02/1969
Profession : Hôtelière

Germaine May
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 27/08/1925
Date de décés : 03/02/2005
Profession : 20 ans

Jean May
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 12/07/1897
Date de décés : 17/08/1962
Profession : Hôtelier

Roger May
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 08/11/1921
Date de décés : 10/02/2007
Profession : 18 ans

Localisation Ville : Le Chambon-sur-Lignon (43400)
Département : Haute-Loire
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Jean et Eugène May étaient propriétaires d’un hôtel au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), localité en majorité protestante dont les habitants se mobilisèrent à l’appel de leur pasteur, André Trocmé (q.v.), pour sauver des Juifs. De novembre 1942 à la Libération, l’établissement, à l’enseigne de « Chez May », offrit un asile temporaire à des dizaines de Juifs qui attendaient un refuge plus permanent dans la localité ou ses alentours. C’était aussi le quartier-général des opérations de sauvetage. Grâce à ses contacts avec la gendarmerie, la famille May était informée des descentes de la Gestapo et de la milice. Roger et Germaine, les deux enfants du couple, âgés de 18 et 20 ans en 1942, se chargeaient tout comme leurs parents d’alerter en hâte les Juifs dont le nom figurait sur la liste des personnes à arrêter. Ils s’enfuyaient alors dans la forêt voisine, et revenaient une fois le danger écarté. Le professeur Léon Poliakov, alors agent du réseau juif « Service André », raconta après la guerre qu’il avait vécu prés du Chambon-sur-Lignon d’avril à juin 1944. Il déjeunait chaque midi « Chez May » où il retrouvait d’autres membres du réseau, qui l’aidaient à trouver des cachettes pour les Juifs. Les May risquaient gros, car les Allemands, qui savaient que la localité était un centre de Résistance, y faisaient parfois des descentes. Jean et Eugènie May accueillaient chaleureusement tant les fugitifs juifs que les résistants, et les dispensaient de remplir la fiche de police pourtant obligatoire. Ceux qui ne pouvaient pas payer étaient quand-même les bienvenus.

Le 16 juin 1988, Yad Vashem a décerné à Jean et Eugénie May ainsi qu’à leurs enfants Roger et Germaine le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article